Aucune confirmation officielle d’Haïtiens tués à Pedernales, la Fondation Zile écrit au président Danilo Medina

Jusqu’à mardi soir, les autorités haïtiennes n’avaient aucune confirmation sur d’éventuels assassinats d’Haïtiens à Pedernales par des Dominicains, contrairement aux informations qui circulent. Le ministre haïtien des Affaires étrangères confie au Nouvelliste que le gouvernement continue d’enquêter sur le dossier.

Il y a eu des actes d’agression et de persécution sur les ressortissants haïtiens à Pedernales. Le gouvernement haïtien le confirme. C’est pourquoi, le ministre haïtien des Affaires étrangères, Antonio Rodrigue, demande à son homologue dominicain de veiller à la sécurité des haïtiens vivant en République dominicaine. Cependant, le gouvernement haïtien n’arrive pas encore à confirmer l’assassinat de nos compatriotes à Pedernales.

Dans une interview accordée mardi soir au Nouvelliste, le ministre Rodrigue a fait savoir que la commission interministérielle créée sur l’incident à Pedernales en visite samedi dernier à Anse-à-Pitre a parlé aux ressortissants haïtiens qui ont fui le territoire voisin. « Aucun d’eux n’a fait état de personne tuée à Pedernales », a-t-il dit.

Antonio Rodrigue a fait remarquer qu’il n’y a pratiquement plus d’Haïtiens à Pedernales maintenant. Le marché binational ne fonctionne pas non plus, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, officiellement, le gouvernement dominicain n’a pas encore produit une demande d’extradition du citoyen haïtien, Edner Noël, accusé d’avoir assassiné le couple dominicain. Antonio Rodrigue a indiqué, parait-il, que des autorités locales au niveau de Pedernales auraient demandé aux autorités locales de Anse-à-Pitre de leur livrer le présumé coupable.

Le ministre a souligné que pour le moment rien n’a prouvé qu’Edner Noël est l’auteur du double assassinat. Antonio Rodrigue a soutenu que personne ne peut être déclaré coupable sans avoir été jugé par un tribunal compétent.

En cas d’une éventuelle demande d’extradition des autorités dominicaines, le ministre a fait savoir que le dossier serait traité en fonction des traités et conventions qui existent, mais surtout en fonction des lois haïtiennes en la matière.

Le chancelier haïtien a souligné que lui et son homologue dominicain se parlent sur les violences dont sont victimes les ressortissants haïtiens en territoire dominicain. Il lui a demandé de veiller à la sécurité des Haïtiens vivant de l’autre côté de l’île

Préoccupée, la Fondation Zile écrit au président Danilo Medina

La Fondation Zile dirigée par des Haïtiens et des Dominicains ne confirment pas encore d’éventuels assassinats d’Haïtiens à Pedernales. Cependant, elle documente des témoignages laissant croire que des ressortissants haïtiens auraient été tués par des Dominicains ces derniers jours. Préoccupée par cette situation, la Fondation a écrit au président Danilo Medina.

Indirectement, la Fondation Zile a reçu des informations laissant croire que des Haïtiens auraient été tués à Pedernales par les Dominicains en représailles à l’assassinat du coupe dominicain, a fait savoir au Nouvelliste Edwine Paraison. « Nous sommes en train de documenter et d’investiguer sur les cas. Il nous faut non seulement des témoignages, mais aussi des documentations pour confirmer des informations aussi graves », a-t-il dit.

Alors que le président Danilo Medina participait mardi à l’inauguration de la nouvelle cathédrale de Bahaona, le président du conseil d’administration de la Fondation Zile, le prête dominicain Julio Acosta en a profité pour remettre en main propre une lettre au président dominicain.

Selon cette correspondance dont Le Nouvelliste a eu copie, la Fondation Zile a fait trois suggestions au président dominicain. D’abord, la fondation haitiano-dominicaine recommande la création d’une commission binationale d’enquête sur les événements à Pedernales. Non seulement sur l’assassinat du couple dominicain, mais aussi sur les actes de violences et les persécutions collectives dont sont victimes les ressortissants haïtiens. Il y a eu à ce niveau des agressions physiques, des dommages émotionnels et des maisons incendiées, a énuméré la fondation Zile.

Ensuite, la Fondation recommande aussi que dans le cadre de la 7e édition de la semaine de la diaspora du 13 au 20 avril que les présidents dominicain et haïtien président le déjeuner de l’amitié et de la fraternité haitiano-dominicaines le 15 avril à Santiago.

La troisième suggestion de la Fondation Zile au président Medina dans la correspondance c’est la réalisation d’un sommet binational pour la reconstruction des relations entre Haïti et la République dominicaine avec la participation des secteurs clés des deux États.

Toujours dans la correspondance, la Fondation Zile a félicité le président Medina qui, selon elle, a rétabli l’autorité de l’État dans la zone de Pedernales en déployant des militaires pour éviter des affrontements entre des civils haïtiens et des Dominicains hostiles à nos compatriotes. La Fondation a appelé aussi Danilo Medina à faire plus d’efforts en vue de déployer des militaires sur la frontière.

Source:le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur