Brésil: Un tribunal d’appel rejette un recours de Lula

Un tribunal d’appel a rejeté lundi un recours présenté par l’ex-chef de l’Etat, Lula, qui tente désespéremment de rester libre et éligible pour la présidentielle d’octobre au Brésil malgré une condamnation à une lourde peine de prison.

Cette décision rapproche Luis Inacio Lula da Silva de la prison. Elle signifie en effet que si la Cour surprême refuse à Lula, dans les semaines à venir, le droit de rester libre en attendant que tous les recours contre sa condamnation à la prison soient épuisés, le favori des sondages à la présidentielle pourra être emprisonné.

Les avocats de Lula avaient déposé une demande « d’éclaircissements » techniques après la confirmation en appel en janvier par ce même tribunal, le TRF-4 de Porto Alegre (sud), de la condamnation de l’ex-président pour corruption et blanchiment d’argent. Le TRF-4 avait même alourdi la peine à 12 ans et un mois de prison.

Luiz Inácio Lula da Silva a été condamné pour avoir accepté un triplex en bord de mer de la part d’une entreprise de BTP impliquée dans le gigantesque scandale autour du groupe public Petrobras. Ce qu’il a toujours farouchement nié.

En fin de semaine dernière, la Cour suprême a apporté une bouffée d’oxygène inattendue à Lula en décidant que celui-ci ne pourrait pas être incarcéré, au plus tôt, avant sa prochaine session le 4 avril.

La Cour suprême a ainsi mécaniquement empêché que Lula puisse être incarcéré dans la foulée du rejet de son recours par les trois juges du TRF-4 ce lundi, comme il en était menacé.

Néanmoins, si la Cour suprême refuse à Lula une mesure « d’habeas corpus » qui lui garantirait de rester libre tant que tous les autres recours contre sa condamnation n’auront pas été épuisés, il sera alors possible de l’incarcérer.

Par ailleurs, dans ce dossier très technique sur lequel les juristes divergent, Lula pourrait — en principe — être déclaré inéligible après son revers en justice de ce lundi.

Mais son sort sera déterminé in fine par la justice électorale.

Ainsi plus l’incertitude autour de la situation de Lula est grande, plus s’épaissit le brouillard entourant la présidentielle du plus grand pays d’Amérique latine épais.

A sept mois d’un scrutin plus incertain que jamais, Lula est largement en tête des intentions de vote, à 35%, tout en restant un personnage très clivant pour les Brésiliens.

Dimanche, le minibus de Lula, en campagne pour la présidentielle, a été attaqué à coups d’oeufs et de pierres dans le sud du pays par des manifestants, selon son équipe de campagne.

 

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur