Cap-Haïtien : l’attaque au gaz lacrymogène d’une conférence-débat sur PetroCaribe fait un mort

L’attaque au gaz lacrymogène contre les sénateurs Youri Latortue, Jacques Sauveur Jean et plusieurs centaines de participants à une conférence-débat sur le dossier PetroCaribe à Café Trio, au Cap-Haïtien, a fait un mort, Jacques Dubois, animateur et porte-parole de Tropicana et des dizaines d’intoxiqués, samedi 28 avril 2018.

« C’est un incident regrettable », a estimé au journal le directeur départemental du Nord de la PNH, Prévil G. Castro, qui annonce l’ouverture d’une enquête. « Oui, du gaz a été lâché à l’intérieur. Nous ne savons pas dans quelle circonstance et quel gaz que c’était. Nous avons une enquête en cours. Nous ne pouvons pas encore communiquer de résultat définitif. Les enquêteurs travaillent sur le dossier», a-t-il indiqué, soulignant que la police a contrôlé les participants à l’extérieur et à l’entrée.

« Normalement, d’après les policiers sur place, tout le monde a été contrôlé sauf les VIP qui allaient faire la présentation et les préposés à leur sécurité », a expliqué le directeur départemental du Nord de la PNH. Il a souligné que le sénateur Latortue ne lui a pas dit, lors d’une conversation la veille, qu’il y avait des menaces sur la tenue de cette conférence-débat. Comme d’habitude, lorsque la police est sollicitée, elle assure la sécurité. Dans ce cas, c’est une note de AAA qui a informé la police de la tenue de l’évènement avant la conversation avec le sénateur Latortue, a expliqué le DDN/PHN, Prévil G. Castro.

Un acte criminel, un retour au temps des Duvalier

« Ce qui s’est passé est un acte criminel », a réagi le sénateur Youri Latortue, révélant qu’on a envoyé une grenade lacrymogène C3,extrêmement toxique, à droite de l’estrade, au moment où il s’apprêtait à répondre aux questions. Une autre grenade a été lancée dans l’assistance ainsi qu’une troisième qui n’ont pas explosé. « La porte où je devais sortir, un temps ouverte, a été par la suite fermée de l’extérieur », a expliqué le sénateur Youri Latortue, soulignant que c’est son chauffeur qui a brisé la serrure avec une pierre. Il y avait des menaces sur cette conférence-débat, car les gens concernés dans le dossier PetroCaribe ont le bras long, a indiqué Youri Latortue, affirmant avoir réalisé l’évènement après avoir obtenu des garanties de la police nationale d’Haïti qui fouillerait tous les participants et assurerait la sécurité du site. « Nous sommes revenus au temps des Duvalier », a estimé le sénateur Youri Latortue. Le président de la commission éthique et anti-corruption du Sénat a révélé qu’un « ancien collègue » l’avait informé que des partisans du PHTK et de Moïse Jean-Charles ne voient pas l’évènement d’un bon œil. Le sénateur Youri Latortue a confié avoir évoqué trois dossiers lors cette conférence-débat en rapport, entre-autres, à la route Hinche/Cap-Haïtien, l’Aéroport du Cap-Haïtien dont la piste est mal aménagée.

Le directeur départemental, Prévil G. Castro, a indiqué que selon les informations recueillies, cette porte évoquée par le sénateur n’est en général pas ouverte au public.

Jovenel Moïse déplore

« Je déplore les graves incidents qui se sont déroulé ce samedi au Cap-Haïtien dans l’enceinte du club Café Trio ayant provoqué la mort d’une personne et plusieurs blessés. Je profite de l’occasion pour transmettre mes sympathies aux victimes », a tweeté le président de la République, Jovenel Moïse.

« J’ai appris avec consternation l’incident survenu à Café Trio, au Cap-Haitien, ce samedi 28 avril, provoquant au moins un mort et plusieurs blessés », a réagi dans une note la sénatrice du Nord, Dieudonne Luma Étienne. « Les témoins font état d’une attaque avec de la bombe lacrymogène », selon cette note de la sénatrice, « préoccupée », qui « demande aux autorités policières et judicaires de mener leurs enquêtes pour faire, dans un délai convenable, toute la lumière sur ce fait ». « J’en profite pour adresser mes sympathies aux parents, proches, et fans de l’animateur de l’orchestre Tropicana d’Haïti Jacques Dubois », lit-on dans cette note.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur