Coup dur pour Anne Hidalgo: son premier adjoint démissionne avec fracas

« Approximations », « déficit d’humilité », « opportunisme »: Anne Hidalgo a essuyé un désaveu cinglant lundi avec la démission de son premier adjoint Bruno Julliard, qui reproche à la maire PS de Paris son « inconstance ».

« Depuis plusieurs mois, de vifs désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance nous ont éloignés », justifie-t-il.

M. Julliard lie ces embûches à « une certaine inconstance et à une manière de gouverner à l’instinct », soulignant les volte-faces d’Anne Hidalgo sur la gratuité du passe Navigo pour les seniors ou sur l’ouverture des commerces le dimanche. Il décèle de « l’opportunisme » dans ses premières orientations pour 2020, et regrette un « déficit d’humilité et de compréhension » face aux « mécontentements ».

– Pas de « plan caché » –

Un avenir qui sera « différent d’un avenir politique parisien », même si M. Julliard conserve pour l’instant son mandat de conseiller de Paris et s’accorde « quelques semaines de réflexion » avant de clore ou pas sa vie politique, a-t-il précisé sur RTL lundi soir.

« Je suis convaincu qu’il travaille main dans la main avec l’Élysée depuis plusieurs mois. Au moment où notre équipe était en train de s’en sortir, il fallait nous remettre un coup sur la figure », accuse un adjoint sous couvert d’anonymat, rappelant que M. Julliard avait prôné une alliance avec LREM en mars.

L’adjoint chargé de l’urbanisme, Jean-Louis Missika, attribue lui à des raisons d’ordre psychologique la « violence » des propos de M. Julliard. « Il y a une sorte de spleen chez Bruno, un désenchantement de la politique. Il a une quarantaine d’années et s’interroge sur ce qu’il va faire », croit-il savoir. « J’ai eu Philippe Grangeon (un proche de la maire de Paris et d’Emmanuel Macron, NDLR) il a le même sentiment que moi: c’est quelqu’un qui s’en va et qui arrête. Il a eu besoin de le justifier », confie-t-il à l’AFP.

« Il dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas (…) peut-être que d’autres suivront, car il y a un vrai problème de méthode politique et de gestion opérationnelle », a de son côté déclaré au Figaro l’ancien conseiller en communication de Bertrand Delanoë Gaspard Gantzer, qui pourrait se lancer prochainement à l’assaut de la mairie.

Source: AFP

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur