Des éléments dans le dossier Godson Orélus….

Sur instruction de l’actuel directeur de la PNH, une délégation du haut commandement a rendu une « visite de courtoisie et de solidarité à leur frère d’armes », Godson Orélus, a appris Le Nouvelliste.

Samedi, le journal a obtenu copie de certains éléments concernant ce dossier. « La direction générale accuse réception de votre lettre datée du 3 novembre 2015 et vous accorde, par la présente, l’autorisation d’importer pour le compte de Global Dynasty Corps S.A. 50 pistolets de calibre 9 mm et les munitions appropriées. Veuillez noter qu’il vous est fait l’obligation d’obtenir l’autorisation préalable d’exportation des autorités du pays d’acquisition pour pouvoir introduire les armes susmentionnées en Haïti », a écrit Godson Orélus dans une « autorisation d’achat d’armes à feu » au profit du nommé Junior Joël Joseph dans une correspondance « ref : DGPNH/CAB/2279-AUT-15 » en date du 10 décembre 2015. Cette autorisation est valable jusqu’au 3 novembre 2016, lit-on dans cette lettre dont copie conforme a été adressée au ministère des Affaires étrangères et des Cultes. Le 3 novembre 2015, le directeur général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Gino Bonnet, au directeur général de la PNH, Godson Orélus, a indiqué que le ministère « n’a aucune objection » à la requête d’importation de 50 pistolets de calibre 9 mm de Global Dynasty Corps SA.

C’est le 24 septembre 2015, dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales d’alors, Zéphirin Ardouin, que l’ex-DG a réitéré la demande de l’autorisation d’importation de 50 pistolets de calibre 9 mm. « La direction de la compagnie Global Dynasty Corps SA profite de l’occasion qui lui est offerte pour vous souhaiter la bienvenue aux commandes d’un des ministères les plus importants dans la politique de stabilisation sécuritaire du pays et réitère auprès de votre instance l’autorisation d’achat de 50 pistolets de calibre 9 mm qu’elle compte se procurer pour commencer ses opérations, dans la perspective de sa philosophie qui est la sécurité.

En effet, sortie dans le journal national Le Moniteur en date du 23 octobre 2011 # 202 en 169e année d’existence, la compagnie a déjà été autorisée par le ministère pour l’achat de 50 fusils 12 afin d’assurer la sécurité périmétrale des espaces d’où elle a été sollicitée. Dans sa dynamique de promouvoir un service de qualité au niveau de sa direction de sécurité rapprochée, elle se voit obliger de se procurer les matériels sus-dessus mentionnés pour la réalisation de ce projet sollicité », a écrit Jimy Joseph, président de GDC SA.

Le ministère de l’Intérieur, sous Réginald Delva, a écrit une lettre datée du 15 janvier 2015 à Jimy Joseph pour l’informer de l’octroi de l’autorisation de fonctionnement à la « compagnie de sécurité dénommée Global Dynasty Security Corps SA ». Dans Le Moniteur du 23 octobre 2014, il y a eu un avis d’acte constitutif de et les statuts de la société anonyme dénommée « Global Dynasty Corps SA ». « Le ministère du Commerce et de l’Industrie informe le public en général et les intéressés en particulier que, conformément aux décrets des 28 août 1960, 11 novembre 1968, 10 octobre 1979, 8 mars 1984, 2 juin 1995, sont approuvés sous les réserves et dans les limites des lois de la République, l’acte constitutif et les statuts de la société anonyme dénommée : Global Dynasty Corps SA » constaté par acte public, le 8 septembre 2014 au rapport de Me Jean Henry Céant, notaire à Port-au-Prince. En conséquence, ladite société au capital social de 100 000 gourdes est autorisée à fonctionner sous les conditions prévues au paragraphe précédent », lit-on dans cet avis daté du 1er octobre 2014, signé du ministre du Commerce et de l’Industrie d’alors, Wilson Laleau.

Le journal ne dispose par d’autres éléments sinon que ces lettres prouvant que le directeur général de l’époque, Godson Orélus, a donné l’autorisation d’importation de 50 pistolets 9 mm à la compagnie Global Dynasty Corps SA assortie de la notation d’obtenir « l’autorisation préalable d’exportation des autorités du pays d’acquisition pour pouvoir introduire les armes susmentionnées en Haïti ».

Le 5 juillet 2018, un tribunal du district Sud de la Floride a inculpé Junior Joël Joseph et Jimy Joseph, le président de Global Dynasty Corps SA, et d’autres personnes non citées pour avoir délibérement combiné et conspiré contre les États en exportant de manière illégale des armes et des munitions des États-Unis vers Haïti. Autour du 20 juin 2016 et du 6 août 2016, l’inculpé Jimy Joseph, Junior Joseph et un complice « #2 » ont chargé 159 shotsguns, 5 AR 15, 2 Glock semi-automatiques et des boîtes de munitions dans un camion de marque Mitsubishi envoyé en Haïti autour du 6 août à travers le navire Monarch Shipping Lines via le port de Palm Beach. L’acte d’inculpation révèle l’existence d’échanges via WhatsApp entre Junior Joseph et un politicien haïtien identifié comme « individu 1 ». L’individu 1 a reçu la copie du document pour le transport du véhicule Mitsubishi. Autour du 18 août 2016, Junior Joseph a envoyé les mêmes documents à « l’individu 2 ».

Le 28 août, Junior Joseph a envoyé un message à Jimy Joseph pour lui dire de « faire attention ». Le 1er septembre, Junior Joseph a envoyé un message à un « individu 3 » lui demander de l’aider à dédouaner le véhicule. L’individu 3 a demandé des details sur les spécificités du véhicule. Le 1er septembre, l’individu 3 a indiqué qu’il peut aider à dédouaner le véhicule et qu’il n’y a pas de problème. Junior Joseph a avisé Jimy Joseph que l’individu 3 veut aider au dédouanement sans inspection du véhicule. Le 7 septembre, Junior Joseph a transféré une note vocale provenant de l’individu 3 avertissant que le véhicule n’est pas à son nom, qu’il transporte des armes. Ce n’est pas une petite affaire. Le même jour, l’individu 3, dans un autre message WhatsApp audio, indique que le véhicule a été confisqué par les douaniers de l’APN, que la police est au courant que le dossier allait prendre une autre tournure. Le dossier fait beaucoup de bruit. Ne vous impliquez pas. Parce que vous encourez une peine de prison, a indiqué dans un message Junior Joseph à l’individu 3, lit-on dans cette inculpation indiquant que d’autres personnes sont impliquées dans ce dossier. Ce document a aussi donné les références et les spécifications rendant illégale l’exportation de ces armes et de ces munitions de la part des Global Dysnaty Corps SA sans recourir aux autorisations spécifiques pour effectuer une telle opération. Le journal ne sait pas qui est le « politicien » et les individus 1,2 et 3 qui figurent dans l’acte d’inculpation de la justice américaine. Le journal ne sait pas si le juge d’instruction de St-Marc dispose d’indices ou de preuves directes pour soutenir les charges de « complicité de crime transnational, trafic illicite d’armes à feu, de munitions et d’association de malfaiteurs ».

Autour de l’ex-directeur de la PNH, Godson Orélus on dénonce « une injustice cruelle » en rapport à un dossier de « contrebande d’armes à St Marc en octobre 2017 ». Il n’était plus le chef de la PNH à cette époque, ont indiqué nos sources. Le juge lui a présenté une autorisation d’achat d’armes à l’étranger pour la compagnie Global Dinasty Corps SA. Godson Orélus, déjà auditionné par le juge, a indiqué avoir décidé d’obtenir les éléments de ce dossier des archives de la direction générale de la PNH, a expliqué une autre source. Godson Orélus a indiqué que le juge lui a demandé comment a-t-il pu donner une autorisation d’importation d’arme à une compagnie fictive. L’ex-chef de la police a dénoncé un « abus » du juge d’instruction, ont expliqué nos sources.

 

Source:le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur