Eastern Parkway : T-Vice mèt beton !

Kreyòl La et Roody Roodboy absents

Six chars ont été annoncés depuis plusieurs semaines. Cependant, pour des raisons qui n’ont pas été rendues publiques, le groupe Kreyòl La et l’artiste Roody Roodboy ont brillé par leur absence. Le public, en revanche, était présent en nombre imposant. Les Haïtiens ont tout fait pour ne pas être éclipsés par les autres nations caribéennes. Body painting aux couleurs nationales, mouchoirs, t-shirts et drapeaux, tout y était pour montrer son attachement au pays.

Sweet Micky, pas fameux

Conformément aux attentes, le char de Sweet Micky a dévalé le parcours sous haute escorte de sécurité. Un dispositif qui n’a pas affaibli la vague de protestations annoncée la veille. Les t-shirts et pancartes réclamant la lumière sur la gestion des fonds PetroCaribe étaient bien visibles. L’animation de l’ex-président de la République alternait les refrains les plus chaloupés de ses meringues à succès et quelques diatribes dans sa grivoiserie coutumière à l’endroit des manifestants et des journalistes Liliane Pierre Paul et Jean Monard Métellus, devenus depuis peu ses victimes privilégiées en période de carnaval. Et sans explications particulières, le char de Micky s’est arrêté plus tôt que prévu.

Djakout #1, un goût d’inachevé

Les musiciens de Djakout croyaient avoir réussi le plus dur en obtenant l’autorisation de prendre part au défilé après l’inspection du char. Shabba distillait une animation comme lui seul a le secret et le public était conquis. Mais, Djakout, à peine à mi-chemin, un problème d’électricité est survenu et a obligé le groupe à tout arrêter. Cela avait bien commencé pourtant !

Très bon Tony Mix

Tony Mix signait sa première participation au défilé. Avec le slogan « Lajenès pran Eastern Parkway » comme ritournelle, le dj a sorti tout son génie sur les platines et au micro pour émoustiller le public.Il aura été le seul char haïtien à aller jusqu’au bout de son parcours. Toutefois, Tony Mix a gardé l’essentiel de son animation pour les dix dernières minutes du parcours, soit le temps correspondant à son passage devant les jurés qui détermineront le champion du carnaval. Une économie d’énergie et d’ambiance durant les premiers moments du parcours, qui a déplu à quelques-uns de ses fans, même si cela ne l’a pas empêché de drainer la grande foule et de faire danser les milliers d’Haïtiens présents sur Eastern Parkway. Pour une première, c’en était une !

T-Vice, Mèt beton

En vrai mèt beton, T-Vice a tout mis de son côté : la sonorisation, les couleurs et surtout l’animation. Roberto a misé sur les séquences les plus populaires des méringues de sa formation musicale pour électriser la foule. T-Vice a fermé le cortège national en cumulant le record d’affluence, de meilleure sonorisation et d’ambiance. Le groupe, qui n’était pas retenu pour le Labor Day Fest la veille, avait besoin de rebondir. Avec leur acharnement coutumier, les Vice2k ont enflammé le macadam pour tenter de s’octroyer la première place dans la délibération des juges. Sauf que le groupe n’est pas allé au terme du trajet. Malheureusement.

Source : le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur