Etats généraux : le Comité de pilotage tente d’avancer

Malgré la démission de trois de ses membres, dont le président, et l’absence répétée de deux autres membres, le Comité de pilotage des états généraux sectoriels s’accroche à sa mission. Le plan d’action qui permettra à cette structure présidentielle d’avoir des fonds pour fonctionner a été validé lundi et c’est maintenant le Dr Jean-Claude Desgranges, le vice-président du Comité, qui préside les rencontres après la démission de Monseigneur Louis Kébreau.

«Le plan d’action du Comité de pilotage des états généraux sectoriels a été validé à la suite d’une rencontre de travail lundi», a fait savoir au Nouvelliste le professeur Rosny Desroches, rapporteur du comité. Selon lui, ce plan d’action définit les différentes activités à Port-au-Prince et en province du comité. Le document sera soumis aux autorités pour le déblocage de fonds devant permettre au comité de faire son travail, a-t-il dit. Mais avant, le secrétariat technique des états généraux sectoriels devra élaborer le budget pour l’ensemble des activités.

Déjà, le Comité de pilotage a perdu trois de ses membres dont son président. Il s’agit de Claude Moïse, Jacques Edouard Alexis et la dernière démission, Monseigneur Louis Kébreau. Le professeur Rosny Desroches a fait savoir au Nouvelliste que ces défections n’affectent pas le travail du comité. « Nous regrettons ce qui s’est passé, mais il y a un vice-président qui préside les séances, le travail avance très bien », a-t-il assuré.

Toutefois, le rapporteur du comité a souligné que ce sont des personnalités importantes et compétentes qui « malheureusement ne sont pas là, mais cela n’empêche pas que le comité continue son travail… »

La nomination d’un autre président à la tête du Comité de pilotage des états généraux sectoriels pour remplacer Monseigneur Louis Kébreau dépend du chef de l’État, a fait remarquer Rosny Desroches, soulignant que c’est le travail du vice-président de présider les séances en l’absence du président.

Deux autres membres du Comité ont des absences répétées. Il s’agit de l’ancien Première ministre Michèle Duvivier PIERRE-LOUIS et Yrvelt CHERY. Madame Pierre-Louis a assisté uniquement à la première rencontre du comité bien avant l’installation, a indiqué au journal Rosny Desroches. Depuis, elle n’a participé à aucune autre rencontre. Michèle Duvivier PIERRE-LOUIS est actuellement à l’étranger et le rapporteur du comité croit que c’est ce qui explique son absence aux réunions.

Le professeur Desroches a indiqué que Madame Pierre-Louis n’a pas démissionné. « Je sais que Madame Pierre-Louis est quelqu’un qui fait les choses formellement, elle n’a pas écrit de lettre de démission », a-t-il fait savoir.

S’agissant d’Yrvelt Chéry, il attend la décision de l’OPL, son parti, pour intégrer le comité. Contacté lundi par Le Nouvelliste, ce dernier a fait savoir qu’il n’a encore assisté à aucune rencontre du Comité de pilotage. Une fois qu’il aura l’autorisation de son parti, Yrvelt Chéry a fait savoir au journal qu’il intégréra le comité de pilotage.

Rosny Desroches a indiqué que le Comité de pilotage a déjà commencé son travail et qu’il est sur la bonne voie. Le nunéro un de l’Initiative de la société civile (ISC) a toutefois reconnu qu’en raison de leurs activités personnelles, les membres du comité ne peuvent pas consacrer huit heures de travail par jour. Le secrétariat technique, qui dispose d’un peu plus de temps, va travailler sur les documents qu’il doit soumettre au comité pour validation, a-t-il ajouté.

Si le secrétariat technique reçoit des frais de fonctionnement, les membres du Comité de pilotage ne sont que des bénévoles, a souligné Rosny Desroches.

Le Comité de pilotage et d’organisation des Etats généraux sectoriels de la nation est composé des personnalités suivantes : Monseigneur Louis KEBREAU (démissionné), président ; Jean Claude DESGRANGES, vice-président ; les anciens Premiers ministres Jacques Edouard ALEXIS (démissionné), Michèle Duvivier PIERRE-LOUIS (absence répétée), Evans PAUL, comme conseillers spéciaux ; Rony DESROCHES, rapporteur ; Amary JOSEPH NOEL, porte-parole.

Ensuite, Paul Gustave MAGLOIRE, René JULIEN, Guerdy LISSADE, Jean Emmanuel ELOI, Frantz Bernard CRAAN, Pierre Richard CASIMIR, Guy Michel VINCENT, Marie Carmelle MENTOR, Eugenia ROMAIN, Mimerose Pierre BEAUBRUN, Jean Lavaux FREDERIC, Franklin ARMAND, Yrvelt CHERY (absence répétée), Claude MOISE (démissionné), Rosanne AUGUSTE et Amos DUROSIER sont membres de la structure présidentielle.

Le secrétariat technique est composé de : Louis Naud PIERRE, secrétaire exécutif et des conseillers techniques Fritz DORVILIER, Max ATTYS, Jean Marie THEODAT, Josette BRUFFAERTS, Gerard MATHIEU Jr, Mimose FELIX, Nathacha CASTELLY, Pradel HENRIQUEZ et Creutzer MATHURIN.

Ils ont pour mission de « créer les conditions pour rendre possibles des changements majeurs dans divers domaines couvrant les quatre grands secteurs d’activités : politique, économique, social et culturel » pour finalement produire un « Pacte pour la stabilité et le progrès économique et social…»

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur