Haïti a mené plus de campagnes de vaccination que ses voisins, mais a la plus faible couverture

Des aveux, les autorités sanitaires en ont fait plein ce lundi à l’occasion du lancement de la 16e semaine de la vaccination des Amériques. En présence des bailleurs et des partenaires du MSPP, des directeurs centraux et départementaux, des responsables de l’Unité de coordination nationale du programme de vaccination, elles ont avoué leur inefficacité en matière de vaccination.

A en croire le directeur général du MSPP, le Dr Lauré Adrien, Haïti est ce pays de la région de l’Amérique et de la Caraïbe qui a la couverture vaccinale la plus faible pendant que nous sommes le pays qui a réalisé le plus de campagnes de vaccination. « Après tant de campagnes, nous aurions dû avoir une couverture vaccinale un peu plus viable », a confié laconiquement le DG du MSPP.

« Nous sommes conscients de l’inefficacité du programme de vaccination. Ce qu’il nous faut, c’est maintenant s’attaquer aux problèmes. C’est de savoir pourquoi dans un centre des enfants ne peuvent pas trouver des gens pour les vacciner quand ils viennent même quand le vaccin est disponible », a ajouté le Dr Lauré Adrien, expliquant que c’est la raison pour laquelle la décision a été prise pour constituer ce groupe de travail en vue d’identifier de nouvelles stratégies afin d’aborder la question de la vaccination autrement.

« C’est pas normale que nous ayons la couverture vaccinale la plus faible des Amériques. Soit que la stratégie mise en place ne soit pas ce qu’il faut, soit que nous ne jouions pas toute notre partition », a-t-il indiqué.

En Haïti, un nourisson sur cinq n’a pas obtenu les vaccins de base. Et depuis 2012, on assiste à une baisse de la couverture vaccinale. Le nombre d’enfants complètement vaccinés a diminué de 4, 2%, passant de 45% à 41 %. Le nombre d’enfants qui n’ont reçu aucun vaccin augmente de 2, 8%. « 42% des enfants non vaccinés vivent dans cinq communes et deux départements du pays : Gonaïves, Saint-Marc, Cité-Soleil, Carrefour, Port-au-Prince », a souligné Marc Vincent, représentant de l’Unicef.

Selon une étude américaine, si Haïti pouvait atteindre un taux de couverture vaccinale de 90%, elle sauverait 16 000 vies et réduirait une partie de pression sur le système de santé. « Nous avons beaucoup de travail à faire ensemble. Le taux de vaccination trop faible compromet les progrès accomplis et les résultats attendus. Les enfants les plus vulnérables, les plus pauvres qui ont le plus besoin de ces vaccins continuent d’être les moins susceptibles de les obtenir », a rappelé M. Vincent.

Selon le représentant de l’OPS/OMS, le Dr Luis Felipe Codina, notre pays est le seul de la région qui dispose de moins d’antigènes dans son calendrier vaccinal. Plusieurs vaccins, dont l’antipapillomavirus humain (HPV), n’y figurent pas. Les bailleurs internationaux exigent que l’État haïtien investisse plus d’argent dans le secteur public, notamment pour l’acquisition des vaccins.

La directrice de l’Unité de coordination nationale du programme de vaccination, le Dr Paule-Andrée Louis-Byron, qui présentait le mendant du task-force, a identifé plusieurs obstacles empêchant que le programme de la vaccination soit efficace. « Il y a un problème d’accès géographique très limité par rapport au service de vaccination, un problème de complétude qui entrave le suivi régulier des activités, un problème de ressources humaines et financières », a-t-elle détaillé. Elle ajoute que la situation est telle que la ministre de la Santé a dû créer le task-force pour renforcer la vaccination de routine en vue d’améliorer les performances nationales.

La vaccination sauve des vies. Elle est l’une des interventions sanitaires les plus efficaces avec le meilleur rapport coût et efficacité. « Nous lançons un vibrant appel à toutes les parties prenantes de la vaccination à mettre en commun leurs expériences et leurs compétences pour une meilleure offre des services de vaccination », a lâché le Dr Gréta Roy Clément.

« Protégés ensemble : les vaccins, ça marche», tel est le thème retenu pour cette semaine de la vaccination des Amériques.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur