Haiti: Ces grands défis qui attendent Jean-Henry Céant comme PM

De grands chantiers attendent le Premier ministre désigné, notamment en Santé et en Economie. Jean Henry Céant aura aussi l’impérieuse obligation d’engager une réforme au niveau fiscal, budgétaire et monétaire, de l’avis de l’économiste Eddy Labossière. Tandis que l’ancienne ministre de la santé publique Josette Bijoux invite le notaire à travailler rapidement à garantir l’accès aux soins de santé à la population.

Le nouveau gouvernement doit faire preuve d’un « leadership éclairé et visionnaire » sur le plan économique pour sortir le pays de ce marasme, selon ce que préconise l’économiste Eddy Labossiere. De l’avis du professeur d’Economie, il est indispensable d’engager une réforme au niveau fiscal, budgétaire et monétaire. L’économiste Eddy Labossiere rappelle qu’«Il faudra au Premier ministre une meilleure méthode pour éliminer les fraudes fiscales, le dumping fiscal ainsi que la contrebande pour voir comment changer cette culture profondément imprégnée dans le quotidien haïtien de ne pas s’acquitter de ses dettes envers l’Etat.

L’économiste a aussi souligné la question du train de vie de l’Etat qui, selon lui, coute énormément d’argent à la République. Il exemplifie en relatant le cas des parlementaires qui perçoivent des salaires monstrueux ainsi que des hauts placés de la Primature.

Pour Eddy Labossiere, c’est l’unique moyen susceptible de donner à l’Etat les possibilités de soulager la pauvreté extrême dans laquelle patauge la grande majorité des haïtiens.

Pou sa part, l’ancienne ministre de la santé publique, Josette Bijoux, croit que «le prochain gouvernement aura aussi l’obligation de travailler rapidement à garantir l’accès aux soins de santé à la population ». Dr Bijoux critique l’incompétence des responsables du système sanitaire totalement défaillant depuis au moins 3 ans.

Elle rêve de voir désormais un spécialiste en Santé Publique diriger le MSPP afin d’entamer une réforme pouvant permettre à chacun des haïtiens de jouir pleinement leur droit à la santé.

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur