Haïti et le Mexique : bientôt 90 ans de relations diplomatiques

Sous le règne du président Alexandre Pétion, en 1816, le général Francisco Javier Mina s’est rendu en Haïti pour solliciter le soutien de la nation haïtienne au Mexique, dans la lutte qui a abouti à son indépendance. Voilà l’évènement qui scelle les relations haïtiano-mexicaines.

En 1882, des relations consulaires sont établies entre les deux États indépendants. En 1929, le Mexique propose à Haïti d’établir des relations diplomatiques. En 1934, le gouvernement mexicain ouvre une légation à Port-au-Prince en nommant le Dr José Pérez Gil y Ortiz comme envoyé extraordinaire et plénipotentiaire du Mexique en Haïti et en République dominicaine. Puis, le 1er juillet 1942, les gouvernements mexicain et haïtien signent un accord de visa gratuit. Le 5 juillet 1943, le Mexique ouvre à Port-au-Prince sa première mission diplomatique, laquelle sera élevée au rang d’ambassade le 18 décembre 1945.

Du côté des Mexicains, il s’agit d’une « bonne relation basée sur la confiance et le respect entre les deux pays », de celui d’Haïti une « fructueuse coopération » est le terme qui convient le mieux. Le gouvernement mexicain n’a pas rechigné à l’idée de délier les cordons de sa bourse pour Haiti ces dernières années. Avec plus de 55 millions de dollars américains dépensés dans des domaines comme l’éducation, la santé, les infrastructures et l’aide d’urgence accordée au pays au lendemain du tremblement de terre de 2010, « Haïti est le pays qui reçoit le plus d’aide externe au développement » de la part du Mexique. « De 2010 à 2016, le gouvernement mexicain a intensifié ces actions en Haïti», a souligné Hector Manuel Rodriguez Arellano.

Parmi les projets qui ont été financés avec les deniers du Mexique, la priorité a été accordée au système sanitaire. Le représentant du gouvernement mexicain en Haïti, Hector Manuel Rodriguez Arellano, a listé deux centres de santé qui ont été construits à Fond-des-Blancs et Caradeux. De concert avec le gouvernement canadien, le Mexique a aussi contribué à la reconstruction de l’école des sages-femmes en Haïti. Le Mexique a récemment financé l’installation de panneaux solaires à l’hôpital La Providence des Gonaïves pour assurer son autonomie électrique: 177 cellules solaires coûtant 2,5 millions de dollars américains. De plus, 14 marchés publics ont vu le jour dans les villes de province en particulier grâce au financement des Mexicains ainsi que deux programme de développement de l’arboriculture fruitière dans l’Artibonite et le Nord.

Si le Mexique est autant impliqué en Haïti, c’est avant tout à cause de son histoire avec le pays. La coopération haïtiano-mexicaine ne s’étend pas seulement dans les domaines d’intervention en Haïti, mais sur le sol mexicain aussi. La preuve en est la régularisation en 2017 des 4000 Haïtiens en situation irrégulière, en provenance du Brésil pour la plupart bloqués à Tijuana/Mexicali. Là-bas, ils se sont intégrés et ont droit à un emploi. Depuis 2012, un programme de bourses estimé à 10 millions de dollars américains au bénéfice de 300 étudiants haïtiens sur une période de quatre ans est mis en œuvre. Ces derniers sont en quête d’une licence en l’administration, le génie civil, le tourisme, le génie en énergies renouvelables et l’agronomie. Pour l’ambassadeur Rodriguez Arellano, les Haïtiens sont des frères et aucune marque d’attention n’est trop grande à leur endroit.

L’avenir des relations haitiano-mexicaines

En poste depuis juin 2018, le diplomate définit ses priorités pour les deux ans au moins qu’il aura à passer dans le pays. Tout d’abord, il va consolider cette coopération entre les deux États et favoriser les échanges culturels. Car, pour lui, « Haïti et le Mexique ont tant de choses à partager sur le plan culturel ». Entre autres missions, Hector Manuel Rodriguez Arellano aura à travailler au renforcement de la communauté mexicaine composée d’environ 160 personnes vivant dans le pays et qui sont présentes dans tous les secteurs d’activités. « Je suis convaincu que cette communauté peut continuer à donner un apport considérable à Haïti afin de maintenir les relations privilégiées entre les deux pays », a-t-il avancé. Et d’ajouter qu’il compte beaucoup sur les anciens boursies haïtiens ayant étudié au Mexique pour booster les relations bilatérales.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur