Haïti – FLASH : Jean-Charles Moïse demande pardon à Nicolas Maduro et insulte le Président Moïse

Suite au vote d’Haïti à l’Organisation des États Américains (OEA) contre la légitimité politique du Président Nicolas Maduro  (et non contre le peuple venezuelien), Jean-Charles Moïse, Secrétaire général du Parti politique de l’opposition radicale « Pitit Dessalin » écrit au Président du Venezuela, s’arrogeant le droit de parler au nom du peuple haïtien, pour demander pardon pour ce vote qu’il qualifie de soumission du Président Jovenel Moïse qu’il n’hésite pas à insulter dans sa lettre.

Extrait de la lettre de J-C. Moïse :
« Port-au-Prince, le 14 janvier 2019
Son Excellence Nicolas Maduro
Président de la République bolivarienne du Venezuela
En son palais.

Monsieur le Président,

« […] Le secrétaire général du parti politique « Pitit Dessalines » d’Haïti […] voudrait souligner à l’encre forte que le peuple haïtien dans sa plus large majorité ne se retrouve pas dans l’action diplomatique du pouvoir immature qui lui a été indécemment imposé.

[…]

Monsieur le Président, les questions idéologiques soulèvent toujours de grandes divergences de point de vue, mais la foi dans le triomphe du droit inscrite dans une bonne gouvernance imprime généralement dans les rapports d’État des directions de convivialité. La sagesse politique aura raison.

Même si tous les autres pays du monde votaient contre le Venezuela, Haïti devrait prendre position en faveur du Venezuela, et ce pour plusieurs raisons :

 

  • Haïti est la mère de la liberté ;
  • Le fondateur de la nation haïtienne, Jean Jacques Dessalines, prônait la solidarité entre tous les peuples ;
  • Les liens historiques qui existent entre ces deux nations sœurs ;
  • Notre passé nous oblige moralement à respecter le droit à l’autodétermination des peuples ;
  • En ce qui a trait à la coopération externe, le Venezuela est l’unique pays au monde à supporter économiquement Haïti, sans aucune ingérence ;
  • lors que les puissances économiques et les institutions financières internationales font des prêts à Haïti à un taux d’intérêt élevé, soit environ 13%, le Venezuela, de son côté, ne réclame que 1%.


[…] J’en profite pour signaler à l’attention du peuple vénézuélien que le vote de soumission de Monsieur Jovenel Moïse à l’OEA ne traduit en rien la volonté du peuple haïtien. Ce vote ne lie que Jovenel Moïse qui, une fois encore, vient de prouver qu’il ne défend que ses intérêts personnels, et ce au détriment du peuple haïtien. Car, en tout état de cause, le vote d’Haïti ne devrait être qu’un vote historique et de raison.

En cette circonstance, au nom du pays de Dessalines, au nom du peuple vaillant d’Haïti et au nom de tous les membres et dirigeants du Parti Pitit Dessalines, je demande pardon à la République bolivarienne du Venezuela du fait que ce vote ne reflète pas l’idéal dessalinien. Je tiens également à présenter mes excuses les plus sincères à tous les membres de l’organisation régionale El Camino del Campecino dont je suis un des dirigeants.

Dans les prochains jours, je compte me rendre au Venezuela pour une visite de courtoisie. Dans la foulée, le parti Pitit Dessalines prépare toute une série d’activités, dont des sit-in, des mouvements de manifestion, en arborant le drapeau de la République bolivarienne du Venezuela et celui de papa Dessalines, le bicolore noir et rouge.

Aujourd’hui, le constat est clair : Jovenel Moïse souffre de troubles mentaux. C’est un homme politiquement aliéné, un corrompu qui n’a aucune idéologie. De ce fait, il ne peut proposer aucun modèle économique, aucune forme de coopération qui aille dans le sens des intérêts collectifs […] »

Source:HaïtiLibre 

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur