Jovenel Moïse satisfait de son voyage au Pérou

Le chef de l’État a présenté le bilan de sa participation au VIIIe sommet des Amériques, organisé au Pérou le week-end dernier. Au cours d’un point de presse, Jovenel Moïse a détaillé les sujets abordés au cours des réunions de travail réalisées avec des chefs d’États et le responsable de la Banque interaméricaine de développement (BID). Il rapporte avoir eu un tête-à-tête avec le secrétaire d’État américain ai, John Sullivan, au sujet des axes prioritaires de son administration et de la coopération haïtiano-américaine. « Le pays reçoit de l’aide depuis 1954. Au cours de ces 10 dernières années (2006-2016), nous avons reçu environ 11 milliards de dollars d’aide. Or, tous nos indicateurs sont au rouge. J’ai été content d’entendre le secrétaire d’État répondre que les États-Unis sont réactifs et de promettre qu’ils vont travailler à être proactifs », a-t-il, rapporté. Dans la même veine, Jovenel Moïse indique avoir également eu une conversation avec Mike Pence, le vice-président des États-Unis, au cours de laquelle il lui a fait part de ses soucis concernant les aides publiques au développement. Le chef de l’État a également rencontré le sénateur américain Marco Rubio. Ils ont, entre autres, parlé du programme TPS et de la situation du Venezuela.

Le président de la République a réalisé une réunion de travail avec le président de la BID. L’occasion pour les deux responsables de discuter de l’appui budgétaire à Haïti, l’efficacité des bailleurs de fonds, entre autres. « Nous avons proposé au président de travailler avec le FMI sur la possibilité d’obtenir un support budgétaire direct dans le budget 2017-2018. Ce avant le 30 septembre 2018. Cela nous permettra de réaliser des projets », a fait savoir le président de la république qui croit que les avances directes dans le budget d’investissement est la meilleure manière pour un partenaired’engager l’aide vers Haïti. Le chef de l’État a évoqué avec le président de la BID la mise en place d’un programme avec les bailleurs dénommé « Pay for success ». Dans ce programme, explique-t-il, les bailleurs laissent à l’État la tâche de réaliser les projets et paieront pour les chantiers, une fois achevés. « Le président de la BID a promis de former une équipe qui devra travailler sur cette proposition ».

Le chef de l’État a également discuté avec le président de la BID d’un prêt de 50 millions d’euros de l’Espagne à Haïti. Ce montant destiné à accorder des prêts à ceux qui veulent se lancer en affaires est placé à la BID et passe maintenant à 72 millions de dollars. Comme l’a déjà fait le président de la BID, Jovenel Moïse promet de confier ce dossier à quelqu’un au niveau du gouvernement afin travailler sur les termes de référence qui ne lui permettent pas encore d’utiliser ce montant à la promotion des PME.

Le président de la République a également rencontré le président du Chili, Sebastian Pinera, pour discuter de la coopération bilatérale. À cet effet, souligne Jovenel Moïse, le président du Chili a accepté de coopérer avec Haïti dans la formation d’ingénieurs parasismiques. « Nous avons un déficit en matière de formation dans ce domaine. A la Faculté des sciences de l’UEH, il y a un master en géoscience qui forme 20 jeunes. Ce insuffisant vu les chantiers qui seront mis en branle dans le pays », estime-t-il. Les deux président sont également discuté de l’émigration des Haïtiens vers le Chili. « Le président nous a indiqué qu’il travaille sur la mise en place d’un visa de regroupement familial. Cela empêcherait à nos compatriotes de se faire avoir par les racketteurs. De notre côté, nous avons demandé au chancelier haïtien de renforcer le personnel consulaire d’Haïti au Chili. »

Par ailleurs, Jovenel Moïse indique avoir pris part à une réunion de travail dirigé par le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, avec les États membres de la Caricom, la République dominicaine et Cuba. « Nous avons abordé beaucoup de sujets. Nous avons souligné que la meilleure façon pour les pays du Nord de nous aider, c’est de nous ouvrir leurs marchés afin que nous puissions vendre nos produits », explique-t-il, vantant les potentialités des terres agricoles haïtiennes dans la production des aliments bio. La nébuleuse du réchauffement climatique a été également abordée au cours de cette rencontre. Dans la foulée, Jovenel Moïse indique que Justin Trudeau compte inviter Haïti à participer les 8 et 9 juin 2018 à la conférence des pays du G7 au Canada. Le président a par ailleurs eu un entretien avec le président dominicain, Danilo Medina.

Le président de la République a en outre rencontré le président du Pérou, Martin Vizcarra. Les deux chefs d’État ont discuté de la gestion et la rénovation des sites historiques, une spécialité du Pérou. Cette coopération pourrait être utile à la Citadelle Laferrière qui aura 200 ans en 2020, et aux autres sites touristiques du pays. Jovenel Moïse a également rencontré son homologue de la Bolivie, Evo Morales qui est disposé à le recevoir tout de suite lors d’une visite officielle. « Nous avons beaucoup de ressemblances avec la Bolivie. Nous pouvons apprendre de l’expérience du président Morales dans la gestion des eaux de surface qui nous préoccupe », fait-il remarquer.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur