La Caravane du changement est lancée pour la mise en valeur des terres agricoles

Comme annoncé, la Caravane du changement  a été lancée ce lundi, à l’occasion de la fête de l’Agriculture et du Travail. Cet évènement a eu lieu à La Grange, une localité de Brocozèle, cinquième section communale de Saint-Marc. 

Menée par le président de la République, Jovenel Moïse, la Caravane a réuni, entre autres, le Premier ministre Jack Guy Lafontant, des membres du cabinet ministériel, le président du Sénat, Youri Latortue et le vice-président le député Cholzer Chancy, des membres du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), des représentants du corps diplomatique et consulaire, des autorités locales, des parlementaires, des membres de la société civile et des représentants d’organisations paysannes. 

La Caravane du changement, de l’avis du chef de l’État, est un programme intensif de l’administration en place visant le développement du secteur agricole.

Le signal est donné dans le département de l’Artibonite, mais elle concerne les dix départements géographiques du pays. À travers ce programme, tous les aspects liés à la production agricole seront abordés. Des infrastructures agricoles seront aménagées un peu partout au niveau de la vallée. 

Le but est de mettre en valeur les 32 000 hectares de terre irrigables dans cette partie du pays. Depuis plus d’une décennie, plusieurs zones de production de la vallée font face à une pénurie d’eau. Avant cette caravane, c’était le cas de La Grange. Cette situation est révolue. Les 32 kilomètres de canaux reliant l’Artibonite sud à Brocozèle sont aménagés.

 Il est vrai que d’autres travaux doivent être effectués avant que cette localité puisse vraiment être approvisionnée en eau. Des travaux de ce genre s’effectueront également dans cinq autres grandes zones de production au niveau de la vallée. Selon le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, Carmel André Béliard, environ 197 kilomètres de canaux d’irrigation et 87 kilomètres de canaux de drainage seront curés. Aussi parle-t-il de l’aménagement de 100 kilomètres de routes agricoles dans tout le département. 

Les travaux entrepris dans le cadre de la Caravane, poursuit le ministre, s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route soumise par le Premier ministre au ministère de l’Agriculture où la gestion de l’eau occupe une place importante. Ainsi, par le truchement de ce programme enchanteur, les autorités du pays, de l’avis du président de la République, visent à promouvoir une agriculture d’exportation. Si tout se passe bien, on assistera, à coup sûr, à la fin de l’agriculture de subsistance. Des fonds sont mobilisés à cet effet.

 Mis à part des canaux d’irrigation et des routes rurales, le président veut mettre à la disposition des producteurs des usines de conditionnement du riz. Avec ces usines, les producteurs n’auront plus recours aux glacis pour sécher leurs productions. Le locataire du Palais national promet de tout mettre en œuvre pour que ces promesses puissent se matérialiser. 30 pelles excavatrices à bras long, 10 bulldozers, 7 loaders, 40 camions, 5 graders, 5 compacteurs, 3 backhoe loaders, 2 machines ateliers, 20 motos projecteurs, 12 pick-up de service, 5 camions d’eau et 5 véhicules de fonction sont déployés dans l’Artibonite.

 Ces matériels resteront dans la vallée pendant toute la durée de ces opérations. « Nous ne laisserons pas la vallée tant que ces activités ne seront pas complètement terminées », a assuré Jovenel Moïse. Le président promet d’honorer toutes ses promesses de campagne. Et cette caravane, fait-il savoir, en constitue le déclic. Certains travaux ont précédé le lancement de la Caravane. 

Des 197 kilomètres de canaux d’irrigation à curer, des travaux sont déjà réalisés au niveau de 40 kilomètres. La Grange en sort renforcée et la population de cette localité a exprimé toute sa gratitude à l’ endroit de l’équipe en place. Un accueil spécial a été réservé à la délégation. La route était bien décorée. La population a utilisé ce qu’elle a de plus beau, de magnifique pour accueillir les hôtes. Des draperies de toutes sortes ornaient l’entrée de La Grange. La Caravane charrie la majorité des revendications des agriculteurs. Après l’Artibonite, l’emphase sera mise sur le grand Sud. 

Tout le pays en est concerné. L’espoir de la relance de la production agricole est en train de renaître. Ce projet emballe plus d’un. Toutefois, le maire de Saint-Marc, Nicolas Dorvilus, se montre un peu sceptique. De 1806 à 2000, plusieurs initiatives, déplore-t-il, ont été prises en vue d’améliorer la production au niveau de la vallée de l’Artibonite. Ces programmes et projets n’ont pas accouché des résultats escomptés. Il souhaite, par ailleurs, que la Caravane ne constitue pas un programme de plus. Si les objectifs poursuivis se matérialisent, le pays a une énorme opportunité de réduire le déficit au niveau de sa balance commerciale et du même coup augmenter le revenu des producteurs. 

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur