La mission d’observation électorale de l’Union européenne est pour l’établissement d’un Conseil électoral permanent 

Les observateurs et experts de l’Union européenne veulent partager ce qu’ils ont retenu de leurs deux missions dépêchées en Haïti en 2015 et en 2016. Elena Valenciano, chef observateur de la mission d’observation électorale de 2015, a présenté un rapport émanant de leurs observations et analyses des joutes du 9 août et du 25 octobre ainsi que les périodes de contentieux qui en ont suivi, et le processus électoral du 20 novembre 2016. Cette initiative poursuit l’objectif de contribuer aux réflexions sur d’éventuelles améliorations du cadre électoral. 

Ainsi, Elena Valenciano estime nécessaire de former le Conseil électoral permanent, tel que prévu par la Constitution. Ce qui contribuera, selon elle, à renforcer la légitimité démocratique de l’appareil électoral et à dépasser le caractère provisoire et souvent fugace de la plupart des Conseils électoraux. 

Les recommandations de l’Union s’attardent également sur le droit de se porter candidat. Selon Elena Valenciano, les modalités de décharge pour gestion des deniers publics peuvent en faire un levier politique aux mains du Parlement. « Il serait utile d’étudier une réforme de cette condition d’éligibilité, tout en renforçant le contrôle financier de la gestion des comptables et ordonnateurs des fonds publics », a-t-elle expliqué, soulignant que le droit d’être éligible est fondamental à tous les citoyens. 

Elle souligne plus loin la nécessité d’une consolidation du système des partis politique et une réduction de leur excessive prolifération. « Il pourrait être opportun de rendre plus strictes, dans des limites raisonnables, les conditions d’enregistrement des partis auprès du ministère de la Justice, ce afin de garantir que ceux-ci représentent un mouvement jouissant d’un réel soutien, au niveau régional ou national », estime-t-elle. 

Avec le Conseil électoral provisoire et les autorités haïtiennes, les experts de l’Union européenne ont évoqué la nébuleuse de la réforme du système de contentieux électoral. « Ce contentieux doit assurer le droit à un recours effectif, probablement auprès d’une instance juridictionnelle. Il faut essayer de partager la responsabilité de ceux qui administrent le système électoral et de ceux qui jugent les contentieux qui vont se présenter plus tard », a-t-elle dit. 

Les experts recommandent également une épuration du registre de l’état civil, qui n’a pas été faite de manière systématique depuis sa création en 2005. Cette épuration devra fiabiliser le registre électoral. 

Elena Valenciano croit qu’Haïti a devant elle tant d’espoir et de nouvelles possibilités pour son développement économique et social et aussi pour la consolidation de ses institutions démocratiques. « La modernisation du pays, la justice sociale, l’amélioration de la vie des familles sont intimement liées à la consolidation du système démocratique », argue-t-elle.
Source: le nouvelliste 

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur