Le Barça a essuyé à Rome une humiliation historique (0-3)

À force d’être ennuyeux, Barcelone a eu des ennuis: l’équipe d’Ernesto Valverde, défensive contre sa nature, a essuyé à Rome une humiliation historique (0-3), miroir de la « remontada » infligée au PSG. Et les demi-finales de Ligue des champions boudent Lionel Messi depuis 2015. Mais de là à parler de fin de cycle…

Dans l’antique Rome, il n’y avait pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne, des honneurs à la déchéance, et le Barça a payé mardi pour l’apprendre. Une immense désillusion pour la presse catalane, qui jugeait la qualification acquise après la victoire en trompe-l’oeil (4-1) en quart aller.

 

Mercredi, les mêmes journaux qui, lors du tirage, avaient vu dans l’AS Rome « une douceur » facile à croquer ont publié des « Unes » noires de deuil et pleines d’amertume.

« La chute de Rome », a titré Mundo Deportivo. « Echec sans excuses », a surenchéri Sport, imité par Marca: « Echec total ».

Par un caprice du destin, le FC Barcelone a subi mardi contre Rome la même gifle qu’il avait infligée la saison dernière au Paris SG: battu 4-0 en huitièmes aller, les Catalans avaient triomphé 6-1 au retour, avant de chuter en quart contre la Juventus (3-0, 0-0).

Mais à l’évidence, les leçons des défaites au Parc des Princes et au Juventus Stadium n’ont pas été retenues. « C’est une nouvelle expérience négative et je ne sais même pas si cela nous servira à quelque chose, parce que l’an dernier déjà nous avions chuté d’une manière similaire », a pesté le milieu Sergio Busquets.

Sous Luis Enrique (2014-2017), le Barça du trio offensif « MSN » (Messi-Suarez-Neymar) manquait parfois d’équilibre mais jamais de puissance de feu.

Mardi, fatiguée par une trop faible rotation de ses cadres, l’équipe de Valverde a montré les défauts inverses: ce Barcelone-là est carré derrière, avec un Marc-André Ter Stegen impérial. Mais trop dépendant en attaque des coups de génie de Messi ou d’Andrés Iniesta.

Il fallait sans doute cette rigueur pour survivre au retentissant départ de Neymar au Paris SG l’été dernier. Cela a payé en Liga: le Barça, leader invaincu, reste sur 38 journées consécutives sans défaite, record d’Espagne égalé.

Mais en Europe, ces choix prudents n’ont pas résisté à une Roma qui n’avait rien à perdre. « Valverde a choisi des options défensives et n’a pas su réagir à temps », a déploré le quotidien Sport.

Son directeur Ernest Folch, dans un éditorial, a enfoncé le clou: « Valverde a envoyé le pire des messages depuis son banc: la peur d’attaquer, la peur de viser la victoire, la peur d’être grand », a-t-il écrit.

Bref, le technicien basque a subi mardi son premier véritable « coup de bâton », comme il l’a reconnu lui-même, après un quasi sans-faute entre septembre et avril.

Comme la presse madrilène n’a cessé de prophétiser la « fin de cycle » du Barça depuis le départ de Pep Guardiola en 2012, il serait hasardeux d’enterrer cette équipe qui, à défaut du triplé Championnat-Coupe-C1, est proche de gagner la Liga et jouera la finale de Coupe du Roi le 21 avril contre Séville.

Mais le constat est cruel: pendant que le Real Madrid de Cristiano Ronaldo reste sur trois C1 en quatre ans, le Barcelone de Messi n’en a gagné qu’une en sept saisons (2015). Trop peu pour son talent.

Face à la possible grogne des « socios » (supporters-actionnaires), la direction risque de devoir à nouveau rebâtir cet été. Avec plusieurs erreurs de casting vers la sortie: André Gomes, Aleix Vidal, Denis Suarez… « C’est un résultat clair qu’il faudra analyser », a reconnu le président Josep Maria Bartomeu, qui a pourtant investi près de 300 M EUR sur Ousmane Dembélé et Philippe Coutinho.

Alors que la presse évoque l’éventuelle arrivée du Français Antoine Griezmann (Atlético Madrid), c’est surtout dans l’entrejeu que le chantier est le plus criant. Et l’avenir d’Iniesta interroge.

A bientôt 34 ans, le capitaine hésite à rejoindre cet été la Chine et à la question de savoir s’il venait de jouer son ultime match européen en blaugrana, il a reconnu mardi que c’était une « possibilité ». Il doit annoncer sa décision définitive d’ici fin avril.

Perdre en même temps ses chances en C1 et son maître à jouer, cela ferait beaucoup pour le Barça. Parviendra-t-il à se réinventer, encore et toujours ?

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur