Le Chili veut adapter son système de santé pour les migrants Haïtiens

Au Chili, les responsables pensent actuellement à initier de nouveaux modèles dans le système de la santé du pays à cause de la présence des immigrants dans ce pays depuis 10 ans. De nouvelles coutumes et de nouveaux comportements ont été observés chez ces derniers, en particulier chez les Haïtiens.

Les Haïtiens ont de plus en plus de mal, par exemple, à contrôler leur grossesse. « Actuellement, il existe des bureaux où l’on constate que 60% des patientes enceintes sont haïtiennes et que les enfants arrivent avec la malnutrition, ce qui est très différent des taux élevés de surpoids et d’obésité chez les enfants de notre pays. », raconte le média chilien Estrategia.

Les autorités de la santé chiliennes se sentent de plus en plus concernées par ces problèmes et cherchent à trouver une solution. Claudia Cabello, infirmière en charge du programme Chili Crece Contigo de la municipalité de Conchalí, a déclaré que le problème n’est pas seulement la langue, dans certains cas, mais la communication, les coutumes et la différence de culture, poursuit le média.

« Le Chili a appris que prendre soin des enfants est fondamental. Il nous a donc été difficile de voir que, chez les Haïtiens, les femmes nous ont dit qu’il n’y avait pas de contrôle de la grossesse comme c’est le cas ici. Ensuite, ce n’est qu’après les trois premier mois qu’elles se font consulter. C’est une question nouvelle et nous avons besoin que le tribunal soit égal », a déclaré Cabello.

Elle a pu remarquer que les problèmes physiques des migrants ne concernent pas tout le temps la médecine, mais se trouve être un problème d’adaptation. Elle exhorte les universités à intégrer ces questions dans « le cursus des professionnels que nous formons en ce moment ».

De son côté, le directeur de l’Ecole des Sciences infirmières de l’université San Sebastian, Fernando Nagano, croit que l’immigration est à la fois une opportunité et un défi à relever. « Quand on passe en revue les curriculum des écoles de santé dans le monde entier, nous sommes loin en tant que pays. Seulement 24 écoles de soins infirmiers au Chili relient la question culturelle dans leur profil d’entrée, mais dans le plan d’études, il n’y a pas de sujets à propos d’une formation pour les étudiants concernant le multiculturalisme », a-t-il dit.

Les autorités ont annoncé avoir pris des mesures pour faire face aux défis de la migration. Le chef du Département des soins de santé primaires du Ministère de la santé a indiqué que la population migrante a un accès garanti aux soins de santé et à l’utilisation du système de la santé.

Un programme d’animateurs culturels pilote a été mis en place dans 20 municipalités du pays, qui parlent la langue créole. Des visites aux domiciles des migrants sont effectuées afin de développer des processus de sensibilisation et des séances de travail sur les ordinateurs des services de santé, a conclu le représentant.

Source: loophaiti

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur