Le gouvernement tente de rassurer la population…

La situation est toujours tendue à Port-au-Prince et dans des zones avoisinantes. Les écoles sont restées fermées et le commerce formel paralysé. Toutefois, certaines banques commerciales et des pompes à essence ont recommencé à travailler timidement. La vie tente de reprendre son cours dans la capitale après l’importante manifestation de l’opposition politique et des groupes organisés dans la société le 7 février.

Selon le bilan de la Police nationale sur la journée de la manifestation, trois personnes ont été tuées par balle, deux dans les Nippes et une dans le Nord ; 9 individus ont été blessés par balle, 19 policiers blessés par des jets de pierres ; deux commissariats de police attaqués dans le Centre et les Nippes, trois véhicules de police attaqués ; quatre autres véhiculés incendiés. La police a procédé à 88 arrestations à travers tout le pays.

Pour les organisateurs de la manifestation, les chiffres fournis par la police sur le nombre de personnes tuées, blessées et arrêtées sont nettement plus élevés.

En plus de drainer la grande foule, la manifestation du 7 février était aussi émaillée de violence avec des véhicules incendiés, des jets de pierres lancés sur des magasins, des tentatives de pillages.

« Le droit de manifester est garantie par la Constitution, mais nous n’allons pas tolérer les actes de violence », a fulminé le ministre de la Justice et de la Sécurité publique. Il a fait savoir que les fauteurs de troubles ont été identifiés à travers des vidéos et que les parquets de toutes les juridictions du pays ont été instruits pour mettre l’action publique en mouvement contre tous les acteurs des actes de violence.

Pour Me Jean Roody Aly, par rapport aux messages incendiaires, des incitations à la haine et à la violence, la population a fait montre d’un comportement exemplaire et de la maturité politique lors de la manifestation du 7 février. Tout en félicitant la police nationale qui, selon lui, a limité les dégâts, le ministre de la Justice a dénoncé les actes de violence qui ont émaillé la manifestation de l’opposition et des groupes organisés.

Tout en appelant la population au calme, le ministre Jean Roody Aly a donné la garantie que les forces de l’ordre sont dans les rues pour lui permettre de vaquer librement à ses activités.

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités qui a dit reconnaître que la population vit dans une situation de précarité, a rappelé que le gouvernement a pris 11 mesures pour réduire ses trains de vie.

La directeur général de la PNH a félicité les policiers « pour leur maîtrise, leur savoir-faire et leur professionnalisme à l’occasion des manifestations du 7 février 2019. Plusieurs agents ont été victimes d’individus malintentionnés qui, ayant infiltré la manifestation, ont voulu créer la panique et le chaos en lançant des pierres et en tirant des coups de feu sans raison apparente. Les policiers et les policières ont su faire preuve de retenue et de pondération particulièrement à Mirebalais où la PNH a eu neuf blessés dans ses rangs sans faire de victime. Le Haut Commandement est fier de leur comportement et les encourage à contrôler leurs émotions pour ne pas céder à la provocation », a écrit Michel-Ange Gédéon dans un message.

Si un calme apparent est constaté à Port-au-Prince ce vendredi 8 février, la situation demeure très tendue dans des villes de provinces comme les Gonaïves où deux morts ont été enregistrés vendredi.

Source:le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur