Le nombre de personnes sous-alimentées baisse en Haïti

Selon un nouveau rapport sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle 2018 du Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation (FAO), de l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS), de l’UNICEF et du Programme Alimentaire Mondial (PAM), pour la 3ème année consécutive, le nombre de personnes souffrant de la faim augmente.

39,3 millions de personnes, soit 6,1% de la population régionale (Amérique latine et Caraïbes) souffre de la faim. Entre 2015 et 2016, on comptait 200,000 personnes sous-alimentées de plus. Entre 2016 et 2017, ils étaient 400,000 de plus indiquant que la situation s’aggrave très rapidement.

Depuis 2014, l’Argentine, la Bolivie et le Venezuela ont vu leur nombre de citoyens sous-alimentés augmenter. Le Venezuela est aujourd’hui l’un des pays qui compte le plus grand nombre de personnes sous-alimentées de la région (3,7 millions, soit 11,7% de sa population), avec Haïti (5 millions, 45,7% de sa population)  et le Mexique. (4,8 millions, 3,8% de sa population).

Toutefois, le rapport souligne qu’en Haïti la faim a diminué au cours des 3 dernières années, ainsi qu’au Mexique, en Colombie et en République Dominicaine. Les quatre seuls pays à être parvenu à une réduction depuis 2014.

D’autre parts, le nombre de personnes sous-alimentées demeure inchangé dans 11 pays : le Chili, le Costa Rica, le Salvador, l’Équateur, le Guatemala, le Honduras, la Jamaïque, le Nicaragua, le Panama, le Paraguay et le Pérou.

Par ailleurs, le Brésil, Cuba et l’Uruguay sont les trois pays de la région où le pourcentage de personnes souffrant de la faim est inférieur à 2,5% de leur population.

Le rapport révèle que les inégalités économiques et sociales sont synonymes de malnutrition chronique chez les enfants vivant en particulier dans les zone rurale. Au Belize, au Guatemala, en Haïti, au Honduras, au Mexique, au Nicaragua, au Panama, au Pérou et au Suriname, les taux de malnutrition infantile chronique dans les zones rurales dépassent de plus de 50% les taux observés dans les zones urbaines.

 

Source: Haitilibre

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur