Le Premier ministre nommé Jean Henry Céant a fait le dépôt de ses pièces au Parlement

Il était presque midi quand le Premier ministre nommé Jean Henry Céant débarque, à bord d’une Land Cruiser blanche, escorté de ses gardes du corps, au Bicentenaire. L’homme, costume bleu, cravate bleu marine à rayures mauves, le visage serein, qui n’a pas lâché un sourire, s’est sobrement fendu de quelques saluts de la main à l’adresse de quelques employés, avant de gagner le bâtiment du Sénat. Reçu par le vice-président du bureau, au bureau du président du Sénat, Jean Henry Céant a fait le dépôt de la totalité des pièces exigées par la Constitution.

Le notaire Jean Henry Céant est plongé à fond dans sa marche vers la Primature. «Le pays a besoin de tous ses fils, du courage et de l’amour de tous ses fils», affirme le Premier ministre nommé, après avoir remis ses pièces qui sont au nombre de 21 au vice-président du bureau, Pierre François Sildor, qui les a aussitôt transmises au secrétariat général du grand Corps. Le notaire, ancien candidat à la présidence, se dit déjà disposé à «remplir une fonction difficile et exaltante». Il faut dire que c’est le président du Sénat, Joseph Lambert, qui, après avoir reçu la lettre du président de la République, a invité le Premier ministre nommé à faire le dépôt de ses pièces.

En accomplissant le premier acte dans la procédure devant l’amener à la Primature, Jean Henry Céant s’applique d’abord à passer l’étape du Sénat, là où la tendance lui est plutôt favorable. Puis, il va mettre le cap sur la Chambre des députés, là où les négociations sont encore intenses, avec, à la clef, la désintégration de la majorité présidentielle (APH). Une commission devrait être formée le plus vite pour étudier la validité de ses pièces, indique Pierre François Sildor, vice-président du Sénat. Sur Twitter, le président du Sénat a renchéri : «Une commission sera formée au plus tôt pour épuiser cette phase de la procédure».

Le Premier ministre nommé a fait savoir, au demeurant, qu’il ferait parvenir tous les dossiers des ministres avant la séance de ratification. Il a aussi évoqué la possibilité à ce que certains ministres du gouvernement démissionnaire soient reconduits au prochain gouvernement.

Jean Henry Céant, après avoir quitté le Sénat, s’est rendu illico à la Chambre des députés, là où il a remis les mêmes documents, les copies à défaut des originaux déjà dans les tiroirs du Sénat. C’est le secrétaire général de la Chambre, Guy Gérard Georges, qui a reçu au salon diplomatique le Premier ministre nommé, en lieu et place du président ou mieux encore des vice-présidents ou du premier secrétaire. Selon la procédure, la Chambre des députés va devoir attendre le Sénat avant d’y aller. Jean Henry Céant, lui aussi, doit attendre.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur