Le service de dialyse de l’HUEH va mal, les patients en font les frais

Une patiente souffrant d’insuffisance rénale, Itenante Charlotin, demandant de l’aide. Elle affirme qu’elle va mourir si elle ne reçoit pas les soins nécessaires. « J’ai passé la nuit sur une chaise, je souffre beaucoup. J’ai passé des heures à vomir, je n’arrive plus à me tenir », a déclaré la patiente, précisant qu’elle a tout vendu pour se faire dialyser. Elle appelle les bons samaritains à se pencher sur son cas et celui des autres patients. « Après Dieu, c’est le dialyse qui nous tient en vie », affirme cette mère de famille.

Sur les 12 machines de dialyse devant servir les patients, 9 sont tombées en panne. Donc 3 seulement sont en état de fonctionner. Selon les exigences de la pathologie de l’insuffisance rénale, les malades devraient se faire dialyser trois fois par semaine. Pourtant ils n’ont pu bénéficier que d’une seule séance. Or, après deux jours sans dialyse les patients courent le risque de décès ou de complications graves. Nesly Fleriscat, un représentant des malades décrivant la situation de ceux-ci a fait savoir qu’ils sont à bout de souffle. Face à cette situation chaotique, les patients d’insuffisance rénale de l’HUEH, aux abois, appellent au secours les autorités du pays, particulièrement la présidence.

« Avec la quantité de patients que reçoit l’unité de dialyse, il est impossible de répondre à la demande », a indiqué un patient. Un total de 45 malades est en attente. Le représentant des malades, Nesly Fleriscat, appelle les autorités à agir vite. Plusieurs d’entre eux se trouvent déjà dans un état critique : inflammation, nausées, vomissements, insomnie et douleurs aigues, a expliqué Nesly Fleriscat. Le représentant des malades en a profité pour demander une assistance économique pour les patients. « Certains malades meurent sur la machine en se faisant dialyser », a-t-il souligné, signalant que c’est par manque de nourriture.

Se plaignant du manque d’infirmières pour le service de dialyse, le représentant des malades demande au Parlement haïtien et au président de la République Jovenel Moïse d’appliquer la loi des 3/8 afin qu’il y ait assez de ressources humaines pour desservir les malades.

Notons que le président de la République, en février dernier, avait rendu visite au service de dialyse et avait promis de débloquer des fonds en urgence en vue de la reprise du fonctionnement régulier du service. Dans cette même lancée, le chef de l’État avait aussi réhabilité le système d’alimentation électrique et réparé le système de filtrage d’eau du bâtiment.

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur