« Le système judiciaire en Haïti est malade et dysfonctionnel »

Du 5 au 9 février 2018, Haïti a reçu la visite de Mme Bintou Keita, sous-secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies. « Soutenir les efforts de la nouvelle Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH), discuter du mandat de la Mission avec le Gouvernement haïtien et d’autres partenaires, et faire en sorte que les droits de l’homme soient au cœur du programme de développement durable du pays » ont été les motifs de cette visite.

Parmi les trois pouvoirs de l’Etat en Haïti, il en résulte que le judicaire en est le plus faible, a raconté la Sous-Secrétaire générale se basant sur ce qu’elle a appris dans les échanges en Haïti. Cela étant, le Conseil de sécurité, déclare-t-elle à UN News, avait donné à la Mission un bref délai de deux ans, à compter d’avril 2018, pour aider Haïti à surmonter les problèmes systémiques et assurer des progrès fondamentaux dans le secteur de la justice, le pouvoir judiciaire, la sécurité et les droits de l’homme.

À partir d’une visite effectuée à Jérémie, notamment dans une prison civile, Mme Bintou Keita arrive à conclure que « l’ensemble du système montre vraiment les symptômes d’un système malade et d’un système dysfonctionnel […] » en examinant les conditions dans lesquelles vivent des prisonniers qui sont pour la plupart en détention préventive.

 

 

Rappelons qu’en octobre 2017, la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH) a remplacé la Mission des Nations Unies pour Stabiliser Haïti (MINUSTAH) avec pour mission d’aider au renforcement de l’Etat de droit et la promotion des droits humains en Haïti. La précédente mission fut éclaboussée par de nombreux scandales d’exploitations de jeunes haïtiens. Elle est connue pour avoir introduit le cholera dans le pays.

Source: loophaiti

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur