Les élections d’octobre 2019 coûteront entre 50 à 75 millions de dollars

Budget et loi électorale finalisés, calendrier en préparation…. le Conseil électoral (CEP) de Léopold Berlanger est en mode élections. Selon l’option choisie, les prochaines élections législatives et municipales d’octobre 2019 devraient coûter entre 50 et 75 millions de dollars, a fait savoir au Nouvelliste le président de l’institution électorale.

Même si on ne les entend pas, le Conseil électoral provisoire, en poste depuis les élections de 2016, prépare les prochaines élections législatives et municipales dans le silence. Le président du CEP a confié au Nouvelliste que le budget des opérations élections a été envoyé depuis le mois de juin à l’exécutif. Léopold Berlanger a aussi annoncé qu’un projet de loi électorale serait soumis au chef de l’État pour être transféré au Parlement.

S’agissant du budget électoral, selon M. Berlanger, le budget envoyé à l’exécutif a une approche optionnelle. «Si le budget doit impliquer la modernisation du processus, à savoir l’identification et l’authentification des votants via leur empreinte pour éviter des discussions ; l’autre aspect de la modernisation c’est la rapidité des résultats le soir même des élections au mieux, ou dans 24 à 48 heures après les élections. Il y a donc de l’investissement à faire pour y arriver en dehors de la mise en œuvre des élections elles-mêmes…», a expliqué Léopold Berlanger.

Selon l’option choisie par l’exécutif, les prochaines élections coûteront entre 50 et 75 millions de dollars, a affirmé le président de l’institution électorale.

Il faut rappeler que sur les 205 millions de gourdes demandées, une enveloppe de 45 millions de gourdes d’investissement a été octroyée au Conseil électoral provisoire (CEP) dans le projet de loi de finances 2018-2019. Pour son fonctionnement, l’institution électorale obtient 606 240 738 gourdes. Ce montant ne couvre pas les élections prévues au mois d’octobre 2019.

Selon le président du CEP, on doit disposer au moins d’une année pour préparer les élections. Une façon pour lui de dire que le processus débutera le mois d’octobre prochain. « On souhaite que le gouvernement fasse le suivi sur la loi électorale, le budget, entre autres », a indiqué Léopold Berlanger.

« On travaille aussi sur la localisation des centres de vote à travers le pays qui pose toujours problème, les listes électorales… », a-t-il ajouté. Cependant, si entre-temps les pouvoirs publics arrivent à mettre en place le Conseil électoral permanent, Berlanger et ses collègues cèderont la place au nouveau CEP.

Pour élire les membres de la 51e législature et renouveler le tiers du Sénat, la population sera convoquée dans ses comices en octobre 2019. Il y a 3 types d’élections qui seront organisées en octobre 2019 : le renouvellement d’un tiers du Sénat, les élections législatives et les municipales.

Antonio Chéramy, Evalière Beauplan, Nawoow Marcellus, Jacques Sauveur Jean, Carl Murat Cantave, Wilfrid Gélin, Ricard Pierre, Hervé Fourcand, Saurel Jacinthe et Francener Dénius sont les dix sénateurs dont le mandat arrivera à terme les premiers et donc concernés par le renouvellement du tiers du Sénat.

Par ailleurs, dans les 30 propositions d’amendement de la Constitution, la commission de Jerry Tardieu a proposé que les candidats aient recours à la Cour de cassation contre les décisions du CEP et que soit changé le nom du Conseil électoral permanent en Conseil électoral national (CEN), une institution permanente, indépendante jouissant de l’autonomie administrative et financière, chargée d’organiser et de contrôler toutes les opérations électorales sur tout le territoire de la République jusqu’à la proclamation des résultats du scrutin

Selon Léopold Berlanger, ces propositions ont été faites par le CEP qu’il dirige. Dans le projet de loi électorale que l’institution électorale va envoyer au président, les conseillers électoraux, les membres de BED et des BEC ne siégeront plus dans les tribunaux électoraux avant même l’amendement de la Constitution, a-t-il dit mardi au Nouvelliste lors de la présentation des 30 propositions d’amendement de la Constitution.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur