May veut faire du Royaume-Uni post-Brexit un grand investisseur en Afrique

La Première ministre britannique Theresa May a posé mardi la première pierre d’un « nouveau partenariat » de son pays avec l’Afrique, dont elle veut devenir le premier investisseur occidental pour compenser les pertes économiques attendues du Brexit.

Depuis la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne (UE), au référendum de juin 2016, Londres multiplie les contacts diplomatiques pour tenter de décrocher les accords commerciaux censés se substituer à ceux de Bruxelles.

« Il est dans l’intérêt du monde entier que ces emplois soient créés (en Afrique) pour s’attaquer aux causes et aux symptômes de l’extrémisme et de l’instabilité, pour gérer les flux migratoires et pour encourager une croissance propre », a-t-elle plaidé.

Une réunion pour l’investissement en Afrique aura lieu l’an prochain à Londres, a ajouté la dirigeante britannique.

– ‘Préparatifs du Brexit’ –

Depuis des mois, Theresa May essuie dans son pays les vives critiques des partisans et des adversaires du Brexit, qui doutent de sa capacité à gérer le divorce avec l’UE au moindre coût.

Une « absence d’accord » serait « préférable à un mauvais accord », a-t-elle toutefois répété, selon des propos rapportés mardi dans la presse britannique.

Dans son discours, la cheffe du gouvernement britannique a également souligné l’importance des enjeux sécuritaires.

Theresa May s’est ensuite entretenue avec le président sud-africain Cyril Ramaphosa, avec lequel elle a signé, sous un crachin très britannique, un accord commercial.

« Nous sommes ravis de la contribution du Royaume-Uni à notre quête d’investissements », s’est réjoui M. Ramaphosa.

Cyril Ramaphosa a souhaité que les négociations entre Londres et Bruxelles aboutissent à un accord « qui restaure la stabilité de l’économie et des marchés et protège les emplois » car, a-t-il dit, le Brexit « a aussi un impact sur notre économie ».

Cette catastrophe est devenue depuis un symbole de l’engagement de soldats sud-africains pour combattre aux côtés des Alliés en Europe.

Mme May doit mettre le cap mercredi sur le Nigeria, où elle rencontrera le président Muhammadu Buhari.

 

Source: loophaiti

 

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur