MKBN : un album hybride, commercial et métissé

Il chante et rappe sur tous les fronts. Son 4e album, MKBN, en dit long. Pour cet opus un peu hybride et varié, Mikaben rassemble tout un gratin de musiciens locaux et étrangers de même millésime.

Alors qu’il flotte sur Port-au-Prince et Pétion-Ville un air moite, tuer l’ennui paraissait le plus évident en ce temps morose. Nombreux étaient ceux qui ont roulé leur 4/4 neufs sur le macadam mouillé pour se rendre à un bar idyllique qui a ouvert, bien pimpant, ses portes il y a quelques mois.

Mikaben, entouré de quelques amis artistes, tous horizons confondus, de son frère Lionel Benjamin (Ti Lionel), tenait, mercredi 4 avril à Fubar (nouvelle coqueluche de la rue Rebecca), une session d’écoute inédite, exclusive de son dernier et 4e disque MKBN.

Le chanteur et guitariste de souffle hip-hop, compas ou pop saupoudrée de reggae, d’électro ou de dance-hall révèle, à un parterre de journalistes et de professionnels de l’industrie, le côté résolument hybride, commercial et métissé d’un album, nageant dans une eau bouillante de rythmes aux saveurs caribéennes.

« Pye love », « How do you know », « Bye bye baby », « Kenbe m», « Pouki se li», «Le vrai problème » sont les différents morceaux qui font niche et où il rassemble tout un tas de musiciens locaux et étrangers de même acabit : Elephant Man, Admiral-T, Kevin Lyttle, Easy Kennenga, la rappeuse Princess Eud, Bélo, J-Perry, Paul Beaubrun, Richard Cavé. Des artistes avec qui il a déjà collaboré sur plusieurs projets d’album.

Avant la sortie officielle, le 4 mai prochain, de ce coffret (très promoteur sur les scènes locales et internationales), le chanteur organisera d’autres sessions d’écoute dans différentes villes de province (Saint-Marc, Gonaïves, Cap-Haitien, Port-de-Paix, Miragôane, Jacmel, Mirebalais, Cayes, Jérémie).

Esquisse biographique

Artiste polyvalent né à Port-au-Prince en 1981, Mikaben est chanteur, compositeur, auteur et producteur. Accompagné de sa guitare ou en full band, Mikaben est l’un des rares artistes de sa génération à exceller dans plusieurs genres musicaux distincts. Il obtient son premier succès à l’occasion d’un concours de Télémax en 1999.

Son 1er album « Vwayaj » sorti en 2000 sera suivi de « Mika » en 2004 qui lui ouvre les portes de festivals internationaux et lance sa carrière. De retour en Haïti en 2005, il collabore durant quelques années avec Krezi Mizik, groupe qui connaît un succès instantané. Avant de reprendre sa carrière solo, il a travaillé avec un grand nombre d’artistes en studio et sur scène. À ses anciens grands tubes comme « Ou pati », « Nwèl Tristès », « Fanm sa move », « Baby I miss you » viennent s’ajouter ses plus récentes œuvres « Ayiti se » et « Ti Pam nan ».

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur