Nice Simon face à Yves Léonard aux USA pour la garde de leur fils

La mairesse de Tabarre, agressée par son partenaire Yves Léonard, a été remarquée à Miami la semaine dernière. Elle a indiqué à la presse que sa présence aux Etats-Unis entrait dans le cadre d’un processus d’ « injonction » (restrictive) qu’elle a entamé contre son agresseur aux fins de garder son fils.

L’actrice avait obtenu de manière temporaire la garde de l’enfant qu’elle a eu avec Léonard, mais elle souhaite l’avoir de manière permanente, selon ses explications au micro de James Léger de radio Vision Nouvelle. Cette démarche, précise la mairesse, vise à éloigner l’enfant d’Yves Léonard, qui a eu, lui aussi, recours à la justice haïtienne dans le même but: la garde de son fils.

« Je ne crois pas qu’un homme aussi violent comme Léonard puisse s’occuper de lui et s’assurer de son éducation », affirme-t-elle. « L’éducation et le bien-être de mon fils est une priorité pour moi ».

Selon l’avocat Bernard Gousse, l’injonction (« restrictive ») ou ordonnance de protection est une mesure de protection prévue par les lois américaines. Le demandeur n’est pas obligé de posséder un quelconque bien sur le sol où la demande a été faite. Il suffit qu’elle y soit présente. Il s’agit d’une mesure visant à protéger l’enfant et à le tenir éloigné d’une personne (Yves Léonard dans ce cas précis).

« Le simple fait de posséder un bien est absolument indifférent de l’issu de l’affaire », soutient Maitre Gousse, contacté par téléphone ce jeudi après-midi. Il suffit qu’il ne s’approche pas à l’intérieur d’un certain périmètre où se trouverait l’enfant, précise-t-il.

Cela arrive souvent quand les couples sont séparés et, qu’en conséquence, les parties veulent avoir la garde de leurs enfants. Ce n’est pas propre à Haïti. Mais qu’on ait d’un côté Yves Léonard qui tente auprès de la justice haïtienne d’avoir la garde et Nice qui entame pareille démarche aux USA, « cela risque d’aboutir à des jugements contradictoires », a conclu Mr Gousse.

Le juge d’instruction de la croix des bouquets, Wando Saint-Villier, avait rendu une ordonnance et n’a pas retenu contre l’agresseur Yves Léonard les charges de séquestration et tentative d’assassinat sur la personne de Nice Simon. Le juge, également président de l’association des magistrats professionnels, a renvoyé l’inculpé Yves Léonard pour être jugé au tribunal correctionnel pour voies de fait suivies de coups et blessures.

Jusqu’à date, aucun n’a été prononcé contre l’agresseur qui a, rappelons-le, réussi en janvier dernier à organiser une conférence de presse en l’hôtel Kingdom à Tabarre pour donner sa version des faits.

L’actrice Nice Simon, en attente des suites pénales requises à l’endroit de Léonard, intente cette action en justice sur le territoire américain et signale faire encore objet de menaces. « Je préfère mourir dans la dignité et avec fierté que de mourir dans la honte. Mon combat servira d’exemple à toutes les femmes victimes de violences conjugales, à toutes celles battues, qui subissent des injustices et qui sont clouées dans leur silence sans jamais dénoncer », a-t-elle expliqué.

En dépit de la tournure que prend le dossier, elle dit garder confiance dans la justice de son pays et attendre les suites judiciaires.

loopnews

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur