Remobilisation de l’armée: Youri Latortue fixe sa position

Alors que la plupart des parlementaires s’expriment sur la remobilisation de l’armée, le président du sénat Youri Latortue a fait part de ses réserves par rapport à cet exercice qui doit être « une collaboration étroite et sincère entre les pouvoirs exécutif et législatif ».

Contrairement au directeur exécutif du RNDDH Pierre Espérance qui s’oppose catégoriquement à toute tentative de remobilisation de l’armée pour des raisons économiques et l’ancien chef de la Police, Mario Andrésol qui qualifie la remobilisation comme étant : « une affreuse grimace », le puissant Sénateur de l’Artibonite est favorable au retour de l’armée mais dans de meilleurs conditions telle que le respect des prescrits de la Constitution.

M. Youri Latortue a offert sa vision de l’armée en 10 points :

1. au service des intérêts de la nation ;

2. de petite taille ;

3. stratégiquement défensive ;

4. de métier, donc professionnelle et professionnalisante ;

5. répartie dans tous les endroits stratégiques de la République  (entrées et sorties des villes, zones côtières, zones frontalières, ports et aéroports, aires naturelles protégées, etc.);

6. en soutien à la Police nationale ;

7. protectrice de l’environnement ;

8. une institution de secours encas de catastrophe et de désastre naturels ;

9. respectueuse des droits fondamentaux de la population;

10. soumise au pouvoir civil démocratique.

En effet selon Le Sénateur, la remobilisation de l’armée est une urgence mais il faut qu’ellesoit mieux structurée afin de répondre réellement aux besoins de la nation.

Le sénateur a appelé le chef del’État à désigner « dans le plus bref délai le Commandant en chef de l’armée, selon le vœu des articles 264-1 et 264-2 de la Constitution de 1987 amendée, et par surcroît, mettre en place l’état-major ».

Il faut aussi rappeler que le ministre de la défense, Hervé Denis fait l’objet d’une demande d’interpellation à la chambre basse supportée par une vingtaine de parlementaire dont le députe Printemps Bélizaire qui s’est exprimé en ces termes : « Après plus de 23ans d’existence, la Police nationale n’arrête pas de clopiner. Les policiers reçoivent un maigre salaire, travaillant durant plus de 12 heures. Si cette administration avait une vraie vision politique, elle n’aurait pas pensé à un retour de l’armée mais à la professionnalisation de la PNH».
Saonha Lyrvole Jean Baptiste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur