Roody Roodboy présente Ou mechan

L’expression « Time is money » a rarement trouvé tout son sens comme c’était le cas lors de l’interview en direct de Roody Roodboy, ce 23 janvier dans les locaux de notre magazine, sur sa dernière méringue en date baptisée « Ou mechan ». D’abord l’artiste arrive une heure à l’avance. Puis tout au début de l’entrevue, il avoue avoir besoin de repos pour se remettre de la fatigue générée par son agenda surbooké. « Trop de prestations ça et là en décembre et en janvier m’ont contraint à travailler sous pression pour préparer la méringue. Cela a eu l’effet pervers de m’empêcher d’être toujours présent auprès des miens », assure-t-il.

A propos de « Ou mechan », le principal collaborateur qui s’est joint à l’artiste est Aspen. Comme la plupart de ses méringues, la toute nouvelle se veut une fresque sur notre société. Cette année il a décidé de pointer du doigt toutes les pratiques qui entravent le bonne marche de notre pays. Il touche entre autres le mauvais fonctionnement des boîtes étatiques, le manque d’intégration des jeunes dans notre société. « Contrairement aux autres qui font leur beurre sur la polémique dans leurs compositions, moi, je m’engage à produire pour aiguillonner les consciences, porter à la réflexion… », témoigne le champion 2017 du carnaval de Port-au-Prince.

Deux moments forts dans cette entrevue avec Roody Roodboy réalisée ce 23 janvier furent la fois où il a évoqué le « beef »qui l’a opposé à d’autres rappeurs et qui a marqué la fin de 2017, et celle où il a abordé le contenu de ses clips souvent jugés osés, à la limite misogynes par certains. « Se plizyè tijèn ki te deside choute sou yon lòt pou atire atansyon sou yo. Mwen menm mwen reponn e sa pèmèt mwen gen plis kontra e vin pi popilè », a-t-il lancé avec une pointe d’ironie dans la voix. Au sujet de ses clips, il dénonce sans broncher une certaine hypocrisie de la part de ceux qui fulminent des reproches à son encontre. « Pourquoi est-il interdit, dit-il, de montrer le corps de la femme, de parler de sexe dans une chanson, quand on sait que c’est quelque chose que tout le monde pratique. De telles allégations de misogynie ne traduisent-elles pas l’état d’âme de ceux qui les prononcent ? ». Il en a profité également pour avouer qu’il est en train de rallier à lui un public féminin qui ne cache pas son engouement pour lui durant et en dehors des prestations.

Un autre chapitre important dans cet entretien, c’est sa dénonciation des faux comptes. « Je n’ai pas de compte Facebook, j’ai une page sur ce réseau sur laquelle je diffuse mes actualités. Ne me contactez pas sur ce réseau. Je suis joignable sur Twitter et Instagram. Beaucoup de vols ont été commis sur des fans par des gens mal intentionnés qui se font passer pour moi », raconte l’artiste.

Pour revenir à « Ou mechan », le clip est déjà en tournage. Sûr du potentiel de sa nouvelle méringue, il pense être capable de se projeter une fois de plus au haut du classement. En plus du carnaval de Port-au-Prince où il espère pouvoir défiler, Roody Roodboy est confirmé sur le parcours du carnaval de Delmas, des Cayes et des Gonaïves.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur