Six Haïtiens blessés par balle par des soldats dominicains à la frontière de Belladère

Tout a commencé, samedi matin, quand les autorités de la douane dominicaine ont voulu faire payer des droits de douane à des transporteurs dominicains en direction de Belladère. Des chauffeurs haïtiens s’y seraient opposés. Résultats : échanges de tirs entre des civils haïtiens et des soldats dominicains qui ont fait six victimes dans les rangs haïtiens. Le président Jovenel Moïse dénonce une violation du territoire haïtien par les Dominicains. L’ambassadeur dominicain accrédité en Haïti a été convoqué par le chancelier haïtien.

«Les chauffeurs dominicains étaient sur le point de payer le droit de douane chez eux. Mais des chauffeurs haïtiens s’y sont opposés. Les chauffeurs haïtiens sont à la base de cette situation de tension sur la frontière», a accusé le maire de Belladère, Ledoux Macklish. «Ils n’avaient rien à voir dans un dossier qui concerne uniquement les chauffeurs dominicains avec la douane de leur pays…», a-t-il dénoncé dans une interview accordée au Nouvelliste.

L’édile de Belladère a plus loin fait remarquer que l’incident a éclaté dans la zone neutre sur la frontière contrôlée par des soldats dominicains. Ledoux Macklish n’était pas en mesure de dire si les soldats dominicains avaient violé l’espace territorial haïtien pendant l’incident. Toutefois, des impacts de balles ont été constatés sur les murs de la douane à Belladère.

L’armée dominicaine avait rapidement augmenté son effectif militaire et déployé des chars sur la frontière, a indiqué le maire.

«Je n’ai pas trois policiers dans ma commune», a-t-il déploré tout en appelant les autorités haïtiennes à assumer leurs responsabilités.

Selon Ledoux Macklish, les chauffeurs haïtiens ont été les premiers a tirer sur les soldats dominicains qui ont riposté et blessé six compatriotes haïtiens. «Les soldats dominicains ont tiré à hauteur d’homme. Il n’y a pas eu de mort mais six personnes, travailleurs et passants, ont été blessés sur le territoire national, conduits à l’hôpital de Belladère avant d’être transportés à l’hôpital de Mirebalais», a-t-il ajouté.

Parallèlement, selon des membres de la population de Belladère, en voutant intercepter des conteneurs dominicains transportant du ciment vers Haïti pour les faire payer les droits de douane, des militaires dominicains ont violé l’espace haïtien et ouvert le feu sur des compatriotes haïtiens.

La presse dominicaine parle d’un soldat blessé par balle au cours de l’incident, mais le maire de Belladère ne pouvait pas confirmer cette information.

Ledoux Macklish, dans cette interview accordée dimanche aux environs de 2h de l’après-midi au Nouvelliste, a fait savoir que le calme est revenu sur la frontière; mais la situation reste toujours tendue parce que, selon lui, le conflit n’est pas encore résolu.

Cependant, d’après Agénor Brutus, responsable de programme au Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR), le calme constaté à la frontière de Belladère est apparent. Il a fait mention de huit Haïtiens blessés par balles au cours de cette incursion de l’armée dominicaine sur le territoire haïtien. En réaction, a-t-il ajouté, les Haïtiens ont saisi deux camions dominicains stationnés sur le territoire national.

Sur son compte Twitter samedi, le président Jovenel Moïse a déploré cet incident et a lancé un appel au calme. «Je déplore les incidents survenus à la frontière à Belladère, suite à une violation territoriale, au cours desquels des compatriotes ont été blessés. Les autorités sont instruites de prendre les mesures appropriées pour le respect de l’intégrité territoriale de la République. d’Haïti», lit-on dans ce tweet du chef de l’Etat haïtien.

Jovenel Moïse a ensuite déclaré : «Je demande à la population de Belladère de garder son calme et sa sérénité. Des instructions ont été données aux autorités compétentes d’accompagner les victimes et les habitants frontaliers en général.»

Du côté dominicain, en conférence de presse dimanche, les ministres dominicains des Affaires extérieures et de la défense ont nié totalement la version haïtienne en affirmant que leurs soldats n’ont pas traversé la frontière et que les incidents ont eu lieu dans la zone appelée «La cadena» ou la chaîne, a rapporté la Fondation Zile.

Une importante délégation du gouvernement haïtien conduit par le Premier ministre démissionnaire, Jack Guy Lafontant et le directeur général de la police nationale se sont rendus tôt ce dimanche à Belladère.

Selon le Premier ministre démissionnaire, la situation est sous contrôle à Belladère et l’ambassadeur dominicain accrédité en Haïti a été convoqué par le ministre haïtien des Affaires étrangères. Il a annoncé la formation d’une commission interministérielle afin de prendre de mesures «à Belladère où il y a des trafics de drogue, de la contrebande et des trafics d’arme…». Cependant, Jack Guy Lafontant n’a pas condamné l’attaque armée des soldats dominicains sur le territoire national.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur