Trump s’écharpe avec un reporter de CNN, ce journaliste perd son accréditation à la Maison Blanche

La Maison Blanche a annoncé suspendre, « jusqu’à nouvel ordre », son accréditation à un journaliste de CNN, à la suite d’échanges houleux avec Donald Trump lors d’une conférence de presse organisée après les résultats en demi-teinte des élections de mi-mandat.

Au cours du point presse, M. Acosta, engagé dans un échange verbal houleux avec le président républicain, qui ne voulait plus lui répondre davantage, a refusé de rendre le micro à une membre de l’équipe de la Maison Blanche.

« Le président Trump croit en une presse libre (…) Nous ne tolérerons cependant jamais qu’un reporter pose sa main sur une jeune femme essayant simplement de faire son travail de stagiaire à la Maison Blanche », a tweeté Sarah Sanders, la porte-parole de l’exécutif américain.

– « Menace pour notre démocratie » –

« Dans son explication, la porte-parole Sarah Sanders a menti. Elle a fourni des accusations frauduleuses et cité un événement qui ne s’est jamais passé », a également taclé CNN dans un communiqué.

Une association représentant la presse présidentielle a exhorté la Maison Blanche a « immédiatement annulé cette action faible et malavisée ». Une réaction qu’elle qualifie de « disproportionnée » et inacceptable ».

Ce n’est pas la première fois que ce reporter subit les foudres du président américain.

« Ça suffit, rendez le micro », lui a lancé M. Trump après un long échange houleux suivant une question sur la « caravane » de migrants venant d’Amérique centrale et se dirigeant vers la frontière américaine.

« CNN devrait avoir honte de vous employer, vous êtes très impoli et une personne horrible », lui a lancé le milliardaire.

Le journaliste qui a succédé à M. Acosta au micro a pris la défense de son confrère, le saluant comme un « reporter scrupuleux ».

Il a également fait taire une autre journaliste de CNN, April Ryan, qui tentait de lui poser une question sans avoir le micro.

« Je fais l’objet d’une couverture (médiatique) très inexacte », a-t-il affirmé. « Je pourrais faire quelque chose de fantastique et ils (les journalistes, NDLR) en feraient quelque chose de mauvais ».

Le 45e président des Etats-Unis a de très mauvaises relations avec une partie de la presse américaine, et accuse ceux qu’il appelle les « Fake News » d’être les « ennemis du peuple ».

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur