Wyclef Jean retourne à ses racines à Little Haïti

La méga star donnera, 19 mai prochain, son premier et unique concert au Little Haïti dans le cadre de la célébration du 18 mai et du Mois de l’Héritage Haïtien.
Inédit, unique ! Un concert tant attendu, en passe d’être inoubliable, même monumental. L’icône du rap déboulera sur le podium de Little Complexe Haiti à l’occasion de la soirée musicale et la série de spectacles baptisées Sounds of Haïti. Le guitariste chanteur célèbrera en grande pompe l’anniversaire de notre bicolore mais aussi et surtout le Mois de l’Héritage Haïtien à Miami.

Concocté par la coordinatrice Sandy Dorsainvil, de concert avec la mairie de la ville de Miami, cet évènement veut rassembler la communauté autour des valeurs culturelles haïtiennes communes. Une belle vitrine pour notre art, notre cuisine et notre musique. « Nous célébrons la culture haïtienne, mais également la croissance de cette forte communauté à Miami ». Pour elle, avoir Wyclef Jean dans son line-up bien épicé de toutes les formes d’expressions artistiques, c’est un bonheur immense, une fierté pour la ville. Wyclef Jean a toujours dignement porté le drapeau haïtien sur son dos partout où il passe. 

Alors qu’il s’apprête à fouler la scène du New Orleans Jazz and Heritage Festival qui sera bouclé ce dimanche 7 mai, la méga star, en pleine tournée promotionnelle mondiale de son dernier disque « J’ouvert », a reçu un appel téléphonique pour jouer au Little, dans le cadre du Sounds. L’artiste a demandé à son agent de faire un changement de programme.

Même s’il n’a jamais pu performer dans ce seul quartier de Miami qui porte Haiti dans son nom, mais son répertoire est gorgé de titres qui rappellent cette île ou tout bonnement de morceaux écrits et chantés en créole.

« Quand je regarde Instagram et Twitter et que je vois des enfants de Little Haiti publier Wyclef Jean est notre Michael Jackson tandis que certains ne connaissent même pas ma musique, ceci ne peut que m’inspirer », a-t-il déclaré à la journaliste de Miami Herald Jacqueline Charles.

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur