Emmerson Mnangagwa investi président du Zimbabwe

Le président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a officiellement prêté serment dimanche après plusieurs semaines de vive controverse sur les conditions de son élection le 30 juillet, dénoncées comme frauduleuses par l’opposition.

« Je protègerai et promouvrai les droits des Zimbabwéens, avec l’aide de Dieu », a-t-il ajouté, le buste ceint d’une écharpe verte, devant des milliers de partisans et de nombreux chefs d’Etat africains réunis dans un stade de Harare.

Emmerson Mnangagwa, 75 ans, a pris la tête du Zimbabwe en novembre dernier après la démission de Robert Mugabe, lâché par l’armée et son parti au pouvoir, la Zanu-PF, au terme d’un règne autoritaire de trente-sept ans.

Arguant de nombreuses fraudes, le MDC a contesté ces résultats devant la Cour constitutionnelle.

Lors d’une déclaration à la télévision nationale deux heures après le verdict des neuf « sages », M. Mnangagwa avait appelé ses rivaux à tourner la page des élections et à oeuvrer ensemble pour remettre sur les rails l’économie ruinée du pays.

– ‘L’homme qu’il faut’ –

« Mnangagwa est l’homme qu’il nous faut pour mener le Zimbabwe à la prospérité », a ajouté M. Muvirimi, au milieu des banderoles « célébrons un nouveau Zimbabwe » ou « tolérance zéro pour la corruption » déployées dans le stade.

Mais l’opposition a déjà opposé au camp du vainqueur une sèche fin de non-recevoir.

« La voie juridique n’est pas la seule vers la liberté, la Constitution nous donne le droit de manifester pacifiquement », a-t-il dit.

Mais les fraudes alléguées par l’opposition et, surtout, la sanglante répression par l’armée d’une manifestation de l’opposition dans les rues de Harare deux jours après le scrutin, qui s’est soldée par six morts, ont ravivé le spectre du passé.

Les observateurs internationaux ont pour la plupart accordé leur onction au déroulement du scrutin.

De nombreux chefs d’Etats africains ont apporté par leur présence dimanche à la cérémonie d’investiture de M. Mnangagwa leur onction au scrutin. Parmi eux figurent le Sud-Africain Cyril Ramaphosa, le Zambien Edgar Lungu et le Rwandais Paul Kagame.

 

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur