Jean Henry Céant a dégagé une majorité au Parlement, selon son conseiller spécial Me Camille Leblanc

Fini les rencontres de négociations avec les parlementaires ! Jean Henry Céant a pu dégager une majorité au Parlement nécessaire pour le vote de l’énoncé de sa politique générale, a confié lundi au Nouvelliste Me Camille Leblanc, conseiller spécial du Premier ministre nommé. Aujourd’hui, a-t-il précisé au journal, le notaire est en train de finaliser la formation du gouvernement de concert avec le président de la République.

Au Sénat comme à la Chambre des députés, Jean Henry Céant a pu mettre de son côté une majorité prête à voter sa politique générale. « Le Premier ministre a fini de rencontrer les parlementaires et les partis politiques. Son discours et sa politique générale sont prêts. Maintenant, conjointement avec le président, il finalise la liste des membres du gouvernement », a fait savoir au journal Me Camille Leblanc.

« Les échanges entre le Premier ministre et les parlementaires lui ont permis de dégager une majorité au Parlement », a-t-il ajouté, soulignant que Jean Henry Céant a rencontré tous les blocs et les indépendants au Sénat et à la Chambre des députés. Pour Me Camille Leblanc, il n’y a pratiquement aucun doute sur le vote de l’énoncé de la politique générale du Premier ministre Céant. Cependant, il a souligné que certains parlementaires n’ont pas souhaité voir revenir au nouveau gouvernement des membres du gouvernement démissionnaire. D’autres par contre, a ajouté Me Leblanc, n’ont pas de problème avec le maintien de certains ministres qui se sont bien comportés.

Me Camille Leblanc n’était pas en mesure de dire combien ministres démissionnaires seront reconduits ni combien de temps cela prendra pour finaliser la formation du cabinet ministériel. Il a en effet souligné que cette décision revient au chef de l’État et au Premier ministre nommé.

Au Sénat, le porte-parole du bloc Groupe des sénateurs pour l’équilibre politique (GSEP), le sénateur Fransner Dénius, a fait savoir au Nouvelliste que le vote des dix membres de ce bloc est à 50% garanti à Jean Henry Céant.

« Nous avons rencontré le Premier ministre et il y a une possibilité pour le bloc de voter en faveur de Jean Henry Céant en attendant l’énoncé de sa politique générale », a avancé le sénateur Dénius. À 50% le Premier ministre nommé a le vote des membres du GSEP « parce que nous ne sommes pas opposés à son choix. Il lui reste à nous convaincre dans l’énoncé de sa politique générale », a affirmé Fransner Dénius.

À la Chambre des députés, le groupe APH, proche du pouvoir en place, fort au départ d’environ 70 députés, est divisé depuis l’interpellation du gouvernement Lafontant. Aujourd’hui, le député Jean-Mary Forestal se targue d’avoir avec lui 48 députés dissidents de l’APH alors que le député Alfredo Antoine soutient que le groupe demeure uni, sauf la défection de quelques membres.

Le groupe des 16 députés de l’opposition, tombeur de Jack Guy Lafontant, n’a pas encore de position arrêtée sur le vote de l’énoncé de politique générale de Jean Henry Céant, a fait savoir lundi au journal Abel Descolines. « Nous avons déjà eu une première rencontre avec lui au cours de laquelle nous lui avions posé un ensemble de conditions avant de nous positionner », a indiqué le parlementaire.

Selon le député Abel Descolines, parmi les conditions posées par le groupe des 16 députés figure la question de l’austérité budgétaire. Il faut réduire le budget d’un ensemble d’institutions publiques, dont le Parlement, le Palais national et la Primature et donner plus de moyens aux collectivités territoriales, a-t-il souligné.

Le député a indiqué qu’une autre rencontre est prévue entre le groupe et le Premier ministre nommé. « On aura une position arrêtée après cette deuxième rencontre », a-t-il annoncé.

Depuis sa nomination le 5 août dernier, Jean Henry Céant n’a cessé de rencontrer des secteurs de la société et des parlementaires. En attendant la ratification de sa politique générale, le Premier ministre Jack Guy Lafontant, forcé de démissionner le 14 juillet dernier, continue de gérer les affaires courantes avec les membres de son gouvernement démissionnaire.

Source: le nouvelliste

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur