«Lave Latchaw»: FIHA s’insurge contre une campagne anti-femme en Haiti

Bella Ciao, chant de révolte italien, a été réadapté de nombreuses fois par des artistes internationaux. Les paroles écrites en 1944 célèbrent l’engagement dans le combat mené par les italiens résistants aux troupes allemandes pendant la Seconde guerre mondiale. La dernière version en vogue nous vient du chanteur congolais Maître Gims. Entraînant et rythmée, la chanson a inspiré des DJ’s haïtiens qui ont accouché d’une parodie habillée de propos grivois révoltant aujourd’hui plus d’un, notamment les féministes, au sein de la société haïtienne. La rédaction de Loop Haiti vous présente ci-dessous, après la vidéo de Maître Gims, une note de presse de l’Association Femme d’Influence Haiti (FIHA).

 

– Note de presse – 

L’Association Femme d’Influence Haïti (FIHA), soucieuse de la promotion et de la protection des droits de la femme, s’insurge contre cette manifestation dégradante de l’image de la femme et partant des droits de la femme Haïtienne. Ces dernières années, l’image de la femme haïtienne est fortement entachée par certaines chansons, publicités et certains artistes.  La dernière en date, est cette chanson teintée de propos grivois « Lave Latchaw », diffusée sur les ondes de plusieurs stations de radiodiffusion, dans des espaces libres, les camionnettes etc.… Femme d’Influence Haïti salue pour ce faire, l’alerte donnée par certains acteurs de la société civile et plus particulièrement des personnes de bonnes volontés qui ont exprimé leur ras le bol en matière d’atteinte aux droits de la femme.

Femme d’Influence Haïti interpelle tous les acteurs, les publicitaires, les hommes et les femmes de médias, de la culture et plus particulièrement les artistes à promouvoir la culture haïtienne tout en protégeant les droits de leurs filles, leurs sœurs, leurs épouses et leurs mères.

Si l’atteinte à la dignité et l’intégrité de l’homme peut être appréciée comme tout acte ou tout fait qui relève de son intimité, de sa vie privée, et dont la manifestation ou la révélation l’expose ou expose sa vie privée au public, on peut admettre que toute forme d’exposition négative de l’image de la femme peut être quelque part attentatoire à sa dignité. C’est pourquoi, Femme d’Influence Haïti (FIHA) s’insurge contre toute forme d’exploitation de l’image de la femme fut-elle publicitaire ou autre.

Nous interpellons nos filles et nos sœurs à faire attention à la mode  et aux tendances qui ne valorisent pas la femme et à se départir de tout comportement portant atteinte à leur dignité car, la lutte contre la discrimination sexuelle est d’abord le combat des femmes et elle passe par la valeur qu’elles donnent à leur propre image. FIHA se fait le devoir de les accompagner, de les aider à mieux valoriser leur image mais elles en demeurent les principales actrices.

Nous interpellons également les entreprises de publicité qui doivent bannir pour des questions d’éthique, les messages portant atteinte à la dignité de l’homme en général et de la femme en particulier.  Aussi la promotion des valeurs culturelles positives doivent être leur préoccupation.

Nous demandons au Conseil National des Télécommunications (CONATEL) de prendre des mesures adéquates pour réguler la diffusion sur les stations de radio, les chaînes de télévision publiques et privées ainsi qu’au niveau de la presse écrite et sur les panneaux publicitaires, les informations ou publicités qui dévalorisent l’image de la femme haïtienne. Et cela en mettant en branle, les dispositions des Lois régissant la matière.

Conscient, que toute société défend les valeurs qui constituent l’expression de son identité, il n’est un secret pour personne que l’homme haïtien reste plus attaché à ses valeurs sociétales, et devrait par conséquent défendre l’image de la femme haïtienne. Nous remercions tous les haïtiens pour leur compréhension et leur engagement à œuvrer pour une pleine valorisation de l’image de la femme haïtienne.

Germanie JEAN-BAPTISTE=

Présidente Femme d’Influence Haïti (FIHA)

 

Source: loophaiti

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur