Les Haïtiens font exploser les chiffres des transferts au Chili

La Banque centrale chilienne a publié des chiffres record concernant les transferts d’argent effectués vers l’étranger pour l’année 2017. Ces chiffres concernent généralement la population des immigrés composée majoritairement d’Haïtiens, de Vénézuéliens et de Péruviens.

Les chiffres démontrent un taux de 20,1% par rapport à l’année précédente, soit 727 millions de dollars alors qu’en 2016, ils ne totalisaient pas moins de 606 millions.

Selon les données publiées par La Tercera, les Péruviens arrivent en tête avec des chiffres de transfert de 196 millions de dollars EU. Ils sont respectivement suivis des Colombiens qui enregistrent 4 064 millions de dollars Eu et des Haïtiens, 92 millions de dollars.

Si les Haïtiens ne sont pas en tête de ce classement, leur cas intéresse particulièrement la Banque centrale chilienne. « Ce dernier cas est particulièrement significatif, car parallèlement à l’augmentation de la population migrante de ce pays, il y a une forte augmentation du montant des ressources envoyées au pays des Caraïbes, 156,1% en 12 mois, des envois de fonds pour 36 millions de dollars américains en 2016 à 92 millions de dollars américains en 2017 », écrit le journal chilien.

Réellement, les chiffres de transfert des immigrants haïtiens représentent 1 155%, passant de 7 millions de dollars EU à la fin de 2015 à 92 millions de dollars EU mentionnés l’année dernière.

Selon l’avocat du travail du projet Migramigos Gala Barrezueta qui conseille les immigrants haïtiens sur leurs droits au travail, la majorité de la migration haïtienne aujourd’hui est représentée par un homme en âge de travailler, laissant les autres membres de leur famille en Haïti, ce qui explique très bien le transfert de fonds.

Pour sa part, le Directeur national du Service Jésuite pour les migrants, José Tomás Vicuña a ajouté que dans le cas des Haïtiens « par le montant des envois de fonds vers les pays d’origine, les migrants ont également stimulé l’économie chilienne, considérant qu’une partie de leur revenu est également dépensée au Chili et s’ils envoient de l’argent c’est parce qu’il y a des offres d’emploi ».

Source: loophaiti

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur