Rights in Haiti: La MINUJUSTH veut lutter contre l’homophobie en Haiti

La Minujusth, mandatée pour apporter un appui à la justice haïtienne, lance le projet « Rights in Haïti » qui s’attèle à lutter pour les droits des LGBTQ et de la communauté M (Masisi et Madivin).

Pour ce projet, la Minujusth a développé un partenariat avec l’association Kouraj pou Pwoteje Dwa Moun (KPPDM) que préside Charlot Jeudy. C’est un projet d’intervention communautaire orienté par les personnes LBGT. Le principe de ce projet tient « à lutter contre l’homophobie en mettant en valeur une culture de paix et des valeurs positives comme le droit, la tolérance, l’égalité, la non-discrimination, le respect de choix de vie de la personne et la sécurité humaine. Pour Charlot Jeudy, conscient des tensions sociales et politiques, ce partenariat avec Minujusth « encourage l’association à continuer le combat, à trouver d’autres alliés et à utiliser davantage notre  réseau ».

Il confie à Minujusth : « Sur le plan social, politique et économique, le pays est en pleine crise et le gouvernement vient de démissionner. Mais, à travers la MINUJUSTH, nous comprenons aussi l’engagement et le soutien de la communauté internationale qui nous rassure. C’est une façon de montrer, poursuit-il, que les institutions internationales sont du côté du droit et de la justice et font la promotion de ces principes et valeurs que sont la non-discrimination, l’égalité, la dignité humaine et l’universalité des droits ».

Le lancement du projet de la Minujusth dont le mandat est d’apporter un appui à la justice haïtienne arrive au moment où des milliers d’internautes remettent sur la table des débats et des discussions le brulant dossier Petrocaribe à travers le  mouvement #petrocaribechallenge.  Des milliards de dollars de ce fonds ont été dilapidés et détournés, se plaignent plus d’un. Et la justice s’est tue. Ajouté à cela, la presse locale rapporte que le week end dernier, des soldats dominicains auraient violé le sol haïtien et sont impliqués dans des affrontements avec la population de Belladère où l’on compte plusieurs blessés.  Là, les Nations-Unies n’ont pas encore fixé officiellement leur position sur ce sujet.

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur