Trump à Bruxelles pour un sommet de l’Otan sous haute tension

Donald Trump est arrivé mardi soir à Bruxelles pour un sommet de l’Otan sous haute tension, les Européens s’interrogeant sur les intentions du président américain qui multiplie les déclarations tonitruantes.

M. Trump rencontrera lundi son homologue russe Vladimir Poutine à Helsinki, pour un premier sommet bilatéral historique.

« Il y a l’Otan, le Royaume-Uni (…) et il y a Poutine », avait-il énuméré le président américain, des jardins de la Maison Blanche. « Franchement, Poutine pourrait être le plus facile de tous. Qui l’aurait pensé… », avait-il ajouté.

Peu avant son arrivée, le locataire de la Maison Blanche avait une nouvelle fois déploré, d’un tweet, que de nombreux pays de l’Alliance « ne tiennent pas leurs engagements » en matière de dépenses militaires.

« De nombreux pays de l’Otan, que nous sommes censés défendre, non seulement ne tiennent pas leur engagement de 2% (ce qui est bas), mais depuis des années sont défaillants dans leurs paiements qu’ils ne versent pas. Vont-ils rembourser les Etats-Unis ? » a tweeté le tempétueux président américain.

Depuis lundi, M. Trump prépare le terrain en enchaînant les messages vindicatifs.

De nouveaux chiffres publiés mardi semblent confirmer l’argumentation du président américain, sept pays seulement -le Royaume-Uni, la Grèce, la Lettonie, l’Estonie, la Pologne, la Lituanie et la Roumanie- devant atteindre en 2018 l’objectif de 2% du PIB en dehors des Etats-Unis.

« L’Europe dépense aujourd’hui beaucoup plus dans la défense que la Russie et autant que la Chine », a pour sa part souligné le président du Conseil européen Donald Tusk, s’adressant directement à M. Trump.

– « Chère Amérique » –

M. Tusk a rappelé que l’Europe avait été « la première à réagir » après les attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain, « 870 hommes et femmes européens » ayant « sacrifié leur vie » en Afghanistan.

Environ 2.400 policiers et 1.000 militaires belges seront mobilisés pour sécuriser le sommet de l’Otan pendant deux jours.

Vous aimerez sûrement aussi Plus de cet auteur